Grand moment de la stratégie classe contre classe que cette déclaration ! C'est à elle que se réfère André Marty dans sa lettre à Renaud Jean et le F. évoqué est Florimond Bonte. JPD

 

POUR L'APPLICATION DES DECISIONDS DU VIème CONGRES

Une déclaration du Bureau politique

Le B.P. entend que l'Humanité soit véritablement l'organe du Parti, dirigé et contrôlé par lui.

 Dans l'attaque générale poursuivie systématiquement par la bourgeoisie contre notre parti, les coups, au cours de ces dernières semaines, furent plus particulièrement dirigés contre l'Humanité, directement visée au travers des mesures prises contre la B.O.P.

L'appréciation de la direction du Parti sur le caractère de cette attaque contre la B.O.P. fut fixée dans un appel du secrétariat du parti paru dans l'Humanité du 19 août.

Dans cet appel nous indiquions nettement que l'attaque contre la B-O.P. visait avant tout l'Humanité et nous placions au premier plan sa défense, en appelant les travailleurs à créer des groupes des amis de l'Humanité, à collecter dans les usines etc.

Or, dans toute cette dernière période, la ligne politique de l'Humanité, tant sur la question de l'offensive impérialiste contre l'Union soviétique en Chine qu'à propos de l'attaque de la bourgeoisie contre notre parti, fut très insuffisante et même erronée.

L'attaque contre la B.O.P. ne fut pas placée sur le plan de l'offensive générale poursuivie contre notre parti et l'Humanité, mais traitée, à quelques exceptions près, sous -l'angle étroit et faux de la défense particulière de la B.O.P., "grand établissement, de crédit prolétarien" et de son sauvetage «pour permettre aux travailleurs d'échapper à l'exploitation des banques bourgeoises », ainsi que cela fut textuellement écrit dans l'Humanité.

A cette étrange théorie de la lutte des classes succéda, la scandaleuse "défense" de l'Humanité présentée non pas comme l'organe communiste défendant la politique actuelle du parti, mais dans ses "traditions" depuis sa fondation par Jaurès et en passant sous silence sa profonde transformation depuis la rupture avec les social-impérialistes à Tours en 1920.

L'Humanité, pendant plusieurs semaines, a été en fait l'organe de la B.O.P., défendant une conception complètement erronée sur la répression et qui s'exprimait dans de gros titres de ce genre « Tardieu recule », "Les coquins en déroute», etc. Alors que les attitudes véritables de la bourgeoisie n'étaient que de nouvelles manœuvres pour mieux détruire l'Humanité et le Parti.

La direction du Parti, MALGRE SES INTERVENTIONS REPETEES auprès de la rédaction de l'Humanité et des dirigeants de la B.O.P., ne parvint pas à obtenir la correction de cette fausse ligne politique qui a abouti, en dépit des affirmations ronflantes, à se placer sur le terrain étroitement défensif et laisser l'initiative de l'attaque aux gouvernants et aux ennemis du parti.

Le B.P. rappelle une fois de plus que l'affaire de la B.O.P. n'est qu'un aspect de la répression qui vise à la destruction du parti et à la suppression de l'Humanité dont le « complot contre la sûreté de l'Etat » reste le point central. C'est la raison pour laquelle la contre-attaque que notre parti doit organiser et développer dans la classe ouvrière ne doit pas être séparée et morcelée a chaque coup que lui porte la bourgeoisie.

 Le B. P. déclare qu'il est insupportable que l'Humanité ait pu dans cette période difficile exprimer deux lignes, et que la ligne dominante ait été celle donnée par certains dirigeants de.la B.O.P., agissant de leur propre initiative.

Le B. P. entend que l'Humanité soit véritablement l'organe du Parti, dirigé et contrôlé par lui et il ne peut admettre et laisser sans sanction le fait que certains rédacteurs responsables n'aient tenu aucun compte et se soient même moqués des instructions qui leur furent transmises par les militants de la direction du parti.

Décidé à poursuivre dans le parti le travail d'épuration qu'il a entrepris dès le lendemain du 6° Congrès mondial et qui s'est poursuivi au travers des luttes ouvrières de ces derniers mois, de la préparation et de la journée du 1er août, le Bureau politique a pris des sanctions de renvoi immédiat à l'égard de six rédacteurs de l'Humanité- Il a créé un noyau de direction sous la responsabilité du, camarade Bonte, directeur politique de L'Enchaîné du Nord et responsable devant le B.P. Ce noyau est entré en fonction dès ce jour.

Contre tous ceux qui tenteraient de faire obstacle à l'application de ces décisions, le B. P.. appelle l'ensemble du parti et la classe ouvrière à se placer encore plus fortement aux côtés de cette direction plus homogène de l'Humanité et du parti. Le Bureau politique.