botkovitz

En deux jours, le Tarn-et-Garonne perd deux maires pour cause de suicide. D'abord celui de Parisot et aujourd'hui celui de Verdun sur Garonne.

Je reprends un texte des conseillers municipaux présentant cet homme que je n'ai jamais rencontré physiquement, mais seulement par échanges mails au moment où vivait l'Alternative en Midi-Pyrénées. Jamais La Dépêche du Midi ne mentionna son nom au moment des municipales de 2014, en conséquence si vous allez sur le moteur de recherche de ce journal, vous ne lirez que les éloges aujourd'hui prononcés. Ce décès d'un homme de 48 ans est un coup au coeur et je pense à tous ceux qui souffrent aujourd'hui de cette perte. Jean-Paul Damaggio

 

AU REVOIR PHILIPPE... ET MERCI

 Les conseillers municipaux ont la douleur de vous faire part du décès du maire de Verdun Sur Garonne, Philippe Botkovitz, leur ami. Il a mis fin à ses jours vendredi matin. Les élus entourent ses enfants, sa famille et ses proches de toute leur affection et les assurent de la compassion de tous les verdunois. Au délà de son engagement dans la vie publique, ils saluent son charisme, son sens de l’humour, sa générosité, et sa sensibilité.

Ingénieur aéronautique à Airbus, Philippe, 48 ans, était très impliqué dans la vie du village au point qu’il fut parmi les éléments moteur de la liste « Verdun pour tous », en lice pour les élections municipales. Il a fait campagne pendant plusieurs mois, allant à la rencontre des Verdunois avec ses co-listiers. Sa forte motivation et son sens de l’équipe l’ont placé naturellement à la tête de la majorité municipale, puis à celle de la mairie.

Philippe avait pour ligne de mire la démocratie vivante et vivace au service « du développement de Verdun dans le bien-être, le bien vivre et le respect de l’intérêt général » comme il disait. Il mettait un point d’honneur à tenir scrupuleusement ses engagements électoraux ; une sincérité et une rigueur qui ont séduit ses nouveaux collaborateurs, les fonctionnaires de la mairie. Chacun s’accorde à dire que « ce bosseur » prenait à cœur sa mission municipale à laquelle il s’est adaptée très vite et qu’il n’a jamais failli à ses fonctions, même après son grave accident de moto. Avec son équipe, il a ouvert de nombreux dossiers : entre autres, le nouveau groupe scolaire, le temps péri-scolaire, les déplacements et la sécurité routière, le développement du CCAS, le référendum local, le dynamisme économique local. Le city park aussi, projet qu’il affectionnait particulièrement... Un autre de ses engagements que les élus de Verdun auront à cœur de réaliser.