Je traduis ici un article qui vient d'être publié par La Jornada par un auteur que j'aime bien sans pour autant être d'accord avec son analyse. JPD

  

POURSUIVRE les mobilisations au Mexique pour protester contre le massacre de Ayotzinapa.

 Les protestations, manifestations d'étudiants, les marches de la solidarité de tout le peuple mexicain, exigeant la fin de la violence et l'apparition vivante des 43 élèves manquants de Ayotzinapa, ont paralysé le pays. Les voix réclamant la démission du Président Enrique Peña Nieto montrent un gouvernement incapable d'inverser le discrédit dans lequel sont tombées les principales institutions de l'Etat. Pendant ce temps, la classe politique, dont l'idéologie néolibérale engagé par les trois grands partis, PRI, PAN et PRD et leurs petits alliés, préfère s'accrocher, avec un discours grandiloquent, au succès de la privatisation et à la lutte contre le trafic de drogue. Depuis trente ans, le néolibéralisme est le dogme qu'utilisent le PRI et le PAN, en un tandem connu comme PRIAN.

 Miguel de la Madrid, Président de 1982 à 1988, qui a ouvert les portes à la réforme de l'État néolibéral, promouvait l'ouverture commerciale et financière, la décentralisation, la déréglementation et la privatisation du secteur public. Lentement, la révolution mexicaine a perdu son identité. La lutte contre l'impérialisme et le nationalisme révolutionnaire se sont transformés en soumission aux États-Unis. Pendant ce temps, le régime conservait les mécanismes de contrôle d'un État autoritaire. La sale guerre, la fraude électorale, la corruption, le crime politique et la censure sont des armes de choix pour arrêter la contestation sociale et politique. De la Madrid, dans un acte d'abandon de souveraineté, céda la partie du territoire aux États-Unis, pour que la CIA, le DEA, le FBI, le Pentagone et le département d'Etat conduise la lutte contre le narcotrafic, dans une stratégie de guerre de faible intensité, conçu par l'administration Reagan.

 CE PACTE EST CASSÉ

Le trafic de drogue a été transformé en un problème de sécurité nationale. Les agences civiles et judiciaires, la police, sont supplantés par les forces armées. Une vision hégémonique globale de lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue occupent la scène. Le pacte entre le crime politique et organisé, qui, au Mexique, supposait un engagement à ne pas interférer dans la politique directe, et pour le pouvoir politique de fermer les yeux, est cassé. La dynamique du commerce, du trafic et de la production de coca, de marijuana et de pavot à opium a mis le Mexique sur la voie du blanchiment d'argent et le financement de la contre-révolution en Amérique centrale et aux Caraïbes.

L'argent est venu au centuple, favoriser l'achat des sénateurs, gouverneurs, députés, policiers, soldats, juges ou chefs d'entreprise. En 2000, l'hégémonie du PRI s'est achevée, après soixante-dix ans de règne ininterrompu, la narco politique a imprégné le social et la structure du pouvoir. Le triomphe électoral de Vicente Fox, appartenant au parti d'action nationale (PAN), une organisation politiquement et économiquement libérale catholique et conservatrice, a soulevé le commentaire suivant du conseiller et membre du Conseil de sécurité nationale, Aguilar Zinser : "la transition démocratique est venu au Mexique quand la criminalité organisée commençait déjà à étrangler l'État et accabler la société. Plus que toute autre force, la criminalité organisée a profité de la détérioration de l'ancien système d'institutions corrompues, pour élargir la clientèle et les complicité, pour laver leurs profits, en les versant imperceptiblement dans le système financier, immobilier, commercial, de services, de l'industrie du pays ».

 CARTELS MEXICAINS ET COLOMBIENS

Carlos Salinas de Gortari, le candidat du PRI à l'élection présidentielle de 1988, a brisé son organisation politique. Son idéologie néolibérale affiché, a contrarié le secteur nationaliste, qui quitte le groupe. Au milieu d'une profonde crise de légitimité, la société civile déclenche la candidature de Cuauhtemoc Cardenas. Les forces progressistes et de gauche convergent vers elle. Ancien gouverneur pour le PRI dans l'Etat de Michoacán, fils du général Lázaro Cárdenas, qui a nationalisé le pétrole et les ressources naturelles en 1938, sa victoire, après la création du PRD, pourrait mettre en péril le nouveau partenariat entre le Mexique et les États-Unis. La fraude électorale le prive du poste de président. Salinas de Gortari, proclamé vainqueur, approfondit les réformes néolibérales : privatisation, déréglementation, dénationalisation, flexibilité du travail et changements constitutionnels.

Durant son mandat, la narco politique devient visible. Entre les années 1990 et 1994, les cartels colombiens ont conclu un accord avec les clans mexicains pour le transport de cocaïne vers les États-Unis par la frontière Nord. Des tonnes de coca sont passés dans les tunnels de la frontière par des États comme le Michoacan, Guerrero, Nuevo León, Sinaloa, Tabasco ou le District fédéral. Leurs clans vont être consolidés. La lutte pour l'hégémonie va déclencher des guerres et la construction de groupes paramilitaires. Les victimes de la narco politique laissent une traînée de sang. La militarisation se développe et la performance des mafias, qui avance avec le trafic de drogue, sont testées, pour consolider son pouvoir. Ils négocient, et concluent des accords avec les partis et fixent les limites d'action.

Les protestations contre la criminalisation des mouvements sociaux, considérés comme des terroristes, sont généralisées. La légitimité de la gouvernement de Salinas de Gortari est en cause. Il est poursuivi par l'ombre de la fraude. Elle accroît la répression des syndicats, des étudiants, des peuples autochtones et du mouvement paysan. Vers la fin de son mandat, le 1er janvier 1994, entrerait en vigueur l'accord de libre-échange avec les États-Unis et le Canada. La nuit du 31 décembre, il y a le soulèvement de l'armée zapatiste de libération nationale, EZLN. Le Mexique ne sera plus le même. La présence de l'EZLN signifie un changement dans la politique intérieure, la lutte contre le néolibéralisme et pour la défense de l'humanité.

 LE MASSACRE D'ACTEAL

La narco politique continue ses tueries. L'assassinat du candidat présidentiel du PRI, Donaldo Colosio, pendant la campagne, le 23 mars 1994 et quelques mois plus tard, le 28 septembre 1994, de Francisco Ruiz Massieu, Secrétaire général du PRI, révèlent toute la pourriture de la nomenclature PRI.

Violence institutionnelle et lutte contre le « narcoterrorisme » marquent l'agenda politique. Une nouvelle défaite du candidat Cuauhtémoc Cardenas battu par le PRI qui envisage la première magistrature néolibérale, avec le fils politique de Salinas de Gortari, Ernesto Zedillo technocrate, de 1994-2000. Il sera le dernier Président du PRI au XXe siècle. Il approfondit l'intervention des forces armées dans la lutte contre le trafic de drogue. Son gouvernement est plongé dans des crimes contre l'humanité. Il aurait planifié le massacre d'Acteal, en 1997.

Les soixante-dix ans de gouvernement PRI prennent fin en l'an 2000. Toutefois, ce ne sera pas pour une politique démocratique de la gauche, dirigée par Cuauhtemoc Cardenas, qui perd l'élection. Le projet néolibéral aura un catholique, l'entrepreneur traditionaliste, directeur de Coca Cola et ancien gouverneur de Guanajuato, Vicente Fox, qui assure la continuité. Dans cette période la narco politique prend la carte de citoyenneté. Les attaques contre les tours jumelles et le Pentagone le 11 septembre 2001, consolident l'unilatéralisme : le Mexique cède aux pressions du Président Bush. La politique contre le trafic de drogue se joint à la lutte contre le terrorisme international. Pour la première fois dans l'histoire du Mexique, un général des forces armées est nommé chef du Bureau du Procureur général. Le Pacte a été scellé. Le narco politique est institutionnalisé.

 SAUVAGERIE NÉO-LIBÉRALE

Au cours de son mandat (2000-2006) et pendant celui de Felipe Calderón (2006-2012), la violence politique, l'assassinat de dirigeants syndicaux, étudiants, journalistes, le féminicide à Ciudad Juarez, façonnent le profil sauvage du capitalisme néolibéral. L'esclavage des enfants, la traite des femmes compléte le développement d'entreprises maquiladoras ; la destructuration de la production et le persécution des syndicats indépendants convergent avec la criminalisation des mouvements sociaux et le mouvement indigène.

Des forces armées avec un pouvoir absolu dans la lutte contre le trafic de drogue et la contre-insurrection définissent l'agenda politique au Mexique. Le sous-commandant Marcos, et l'EZLN présentent ainsi à l'administration Fox et le commerce de la drogue: "Pendant l'ère Fox le cartel Chapo Guzmán a été la référence de la période de six ans. L'ensemble de la structure de l'État : armée, police fédérale, système judiciaire (avec les juges et administrateurs criminels, y compris) a été mis au service de ce cartel dans la lutte contre les autres".

La peur, le sentiment d'insécurité et l'impuissance des citoyens s'est développée. Des milliers sont morts, des fosses communes, la violence aveugle, les deux fraudes électorales, cette fois contre le candidat progressiste Manuel López Obrador, en 2006, génèrent de la fatigue. Le règne de Felipe Calderón, entouré par des allégations de corruption et de complicité avec le trafic de drogue, a poursuivi le plan de réformes structurelles. Plus de flexibilité du travail et de la déréglementation. Services publics de base démantelés et un État laïque qui voit comment l'Eglise gagne en présence politique. Pauvreté, exclusion sociale, inégalités, augmentation du travail et conflits sociaux sont le résultat des politiques d'exclusion sociale du capitalisme sauvage. Dans ce contexte, les cartels du crime organisé imposent leur loi et montrent l'échec des politiques antidrogues du néolibéralisme. L'achat de juges, ministres, membres du Parlement, gouverneurs, sénateurs, maires, de la police locale, d'hommes d'affaires, assurent l'impunité du crime organisé.

Aujourd'hui, les citoyens par la mobilisations secouent le Mexique réclamant un changement, la fin de la narco politique et d'un régime corrompu entre les mains du néolibéralisme et de la criminalité organisée. Le Mexique affirme sa dignité. Tel est le dilemme.

 MARCOS ROITMAN ROSENMANN