Fernand_Icres

 

Icres_et_Cladel_sans_photo

Dans le but de mieux organiser les documents du blog précédent je vais produite quelques articles sur les amis de Cladel.

Aujourd'hui Fernand Icres avec un texte de présentation de Camille Delthil et en pièce jointe la transcription des metres de Icres à Cladel.

La photo est une photo de Cohl.

La mort de Fernand Icres

« Nous apprenons la mort de Fernand Icres qui fut un de nos jeunes amis. Nous l’avions connu professeur au Collège de Moissac, il y a quelque dix ans de cela. Il raffolait de poésie, et l’Avenir que nous rédigions alors, encouragea ses essais.

Il était Lamartinien, encore avec une pointe de satire qu’il lui était restée après la lecture des Expiations, de son compatriote, Léon Valéry. Nous lui passâmes Beaudelaire, il s’en enticha fort, et quelques temps après il nous portait une pièce remarquable, le Mitron, qui figure dans son volume les Fauves, publié par Lemerre, quelques années plus tard.

Il partit pour Paris en qualité d’élève à l’école des Chartes, mais la littérature le tentait. Il fréquenta les Hydropathes, et lança sous le pseudonyme de Fernand Crésy, son premier volume de vers qui obtint un vrai succès. L’école des Chartes était loin. Dès lors il s’escrima dans les journaux, tout en rimant un nouveau volume, les Farouches, et en monologuant un drame, les Bouchers, que le directeur du Théâtre libre fera jouer cet hiver.

Icres venait de publier récemment un roman qui contient de belles pages, bien que trop naturaliste par certains endroits. La mort le fauche avant que la moisson soit faite. Il meurt à 32 ans à peine, emporté par une de ces cruelles maladies qui aiguisent l’intelligence en brisant le corps. Chez lui la lame a usé le fourreau."