Beaurepaire-Froment écrivait dans le Midi-socialiste et le début de cette chronique de 1912 que je donne en entier en pièce jointe explique indirectement pourquoi il est tombé dans l'oubli. Qu'il en profite pour saluer Mary-Lafon : "Entre les érudits de bon sens qui tinrent pour le Puy d'Ussolud, il m'est agréable de citer Mary-Lafon : ceci pour justifier une fois de plus l'hommage public qui lui a été rendu en son pays natal, car on trouve ce diable d’homme comme précurseur dans toutes les réalisations qui se produisent de nos jours en Occitanie." ne peut que me réjouir. J-P Damaggio

beaurepaire_fromet_et_Uxelledonum

Début de ce texte :

"A l'époque des « longs espoirs et des vastes pensées », je souhaitais, en un rêve vague, de pouvoir faire ériger quelque jour par mon ami Emile Bourdelle ou par mon camarade d'enfance André Abbal, un monument gigantesque sur la colline de Montauriol, qui domine Moissac. Il eut remplacé la croix de pierre, signe périmé, et la Vierge qui la jouxte, sculptée précisément par le grand-père d'Abbal : la statue n'est pas une œuvre d'art, elle a seulement quelque mérite à avoir été exécutée par un simple tailleur de pierre.

Ce monument eût été consacré aux ultimes défenseurs de la Gaule, à nos ancêtres du Caorsins qui furent les derniers à résister indomptablement à César. Du sommet de cette colline, dernier contrefort du Massif Central, le monument se fut dressé sur une grande partie de l’Occitanie, devant un immense déroulement de plaines et de collines jusqu'aux neigeuses Pyrénées de l’horizon du Sud.

Cette glorification de la défense celtique m’est une idée chère. Je crois que ce n'est pas sur la colline de Moissac qu’elle aura lieu, ce sera sur un théâtre plus restreint et dans des proportions moins colossales mais l'essentiel c'est qu'elle se réalise. On a projeté d'élever le monument aux défenseurs de la Celtique sur l'oppidum même où ils résistèrent : ce sera toujours dans le Caorsin, à Uxellodunum. C'est mon vieil ami, le maitre statuaire Jean Bailler qui est chargé du Monument, et il est fort capable d'en faire une œuvre magnifique."