ingrao

Il a fallu la mort de Pietro Ingrao pour qu’il apparaisse sur le journal Libération. Je ne connais pas les mystères des rédactions qui, dans l’avalanche d’informations, font que tel ou tel sujet est retenu. Peut-être l’auteur de l’article a su plaider sa cause ?

Ingrao est présent dans ma bibliothèque depuis tant d’années mais seulement en italien car il n’a pas eu à ma connaissance l’honneur de la traduction. Ingrao devenu communiste comme tant d’autres suite à l’agression franquiste en Espagne et qui l’est resté sa vie durant car aucune carte de parti n’a jamais été capable de faire ou de défaire un communiste.

 Tout a commencé par la revue M, Marxisme, Mensuel, Mouvement qui a donné la parole à ce communiste historique de l’histoire italienne.

Voilà comment j’ai appris ensuite à lire l’italien dans Le cose impossibili, une discussion avec l’historien Nicola Tranfaglia au moment où le débat est engagé dans le PCI pour le changement de nom du parti. Un livre dense, riche que j’ai annoté et auquel je reste attaché.

En 1993 j’achète un livre de sa fille : Salaam Shalom qui témoigne sur le Moyen-Orient.

Puis en 1995 le débat se poursuit avec Rossana Rossanda. Ce n’est plus chez un éditeur communiste mais chez celui du Manifesto, à l’extrême-gauche (terme peu approprié).

En Italie même, peu de temps après, j’ai découvert le livre de poèmes de ce grand et vieux monsieur. L’alta febbre del fare. Des poèmes courts d’amour et de vie, de conflits et de verbes.

 Enfin est venue l’autobiographie qui sert de titre à Libération : Volevo la luna. Faute de temps je n’ai lu que des passages.

Ingrao c’est un siècle italien au plus près de la vie, du cinéma, de la politique et de cette aspiration, cet espoir en un monde plus juste.  Il avait cent ans, il a fini par nous dire adieu. Jean-Paul Damaggio

 Le dernier poème de son livre (désolé pour les accents)

 Mai

Una neve cosi grande, e lene. Mai

vista spandersi

con tanta ricchezza d’ali,

senza voci, né crolli,

cosi nuda.

 

Si puo mirare questo termine

del conflitto, l’inabissarsi

delle coscienze :

 

apprendere questo lungo canto immobile

 

‌ingrao libé