france_et_alg_rie_en_1851

 En cherchant un travail sur les canyons je retrouve cette étude sur la France et l'Algérie en 1851. Je ne l'avais pas totalement oubliée mais à la relecture j'ai été surpris ! C'est bien sûr la version papier (où il manque deux pages) et je ne pensais pas avoir "convoqué" autant de grands penseurs !

Tout était venu de ma lecture, d'une part du livre de François Maspéro, L'honneur de Saint-Arnaud (le livre qui m'a le plus bouleversé) que, d'autre part, j'ai pu confronter avec les mémoires d'un dirigeant des révoltés aveyronnais contre le coup d'Etat de 1851.

Mon document, malheureusement, je ne l'ai a pas envoyé à l'époque au site de l'association 1851 : il n'y manquerait pas deux pages et je n'aurais pas eu à le recopier. Je viens de le compléter par la présentation du livre de Maspéro que Daniel Bensaïd a fait en 1993. Cette année là il m'arriva d'être assis à la même tribune que lui et s'il m'avait évoqué ce livre sans doute auras-je fait un pas de géant dans la compréhension de cet phénomène peu étudié : l'histoire de France s'écrivant d'abord à Alger !

Franchement, je voudrais avoir le temps de relire le débat à l'Assemblée nationale en 1848 sur l'Algérie, retrouver les positions de Pierre Leroux, Tocqueville, Emile de Girardin, et me demander comment la Constantine de 1852 où juifs et arabes ne faisaient qu'un, cette même Constantine où beaucoup plus tard Guy Bedos eut envie de se jeter des hauteurs du pont, cette même Constantine où…. Le sujet reste phénoménal : la France, l'Algérie et 1851, mais je vais en rester à cette dizaine de pages jointes.

J-P Damaggio