1

Autant le dire, c’est la faute à Prada ! Ayant terminé une brochure pour lui rendre hommage, je m’adresse à Germinal pour une aide à la correction car il a connu le dessinateur au Dali. Il m’informe alors qu’il est pris par la répétition d’un concert qui va se dérouler à Castelsarrasin le vendredi 13 novembre au restaurant Le Petit Bonheur. Cent fois je suis passé devant ce petit restaurant et ces derniers jours j’aurais dû remarquer l’annonce du concert mais trop souvent on ne voit que ce qu’on sait….

Bref, avec Marie-France nous avons trop souvent raté les chansons de Germinal pour cause de chocs dans les emplois du temps donc rendez-vous est pris pour cette soirée.

Et nous avons vérifié que le restaurant porte bien son nom.

Un petit bonheur de poésie, de chansons, d’interprétation, d’humour et de plaisirs gourmands.

Nous étions plongé dans ce monde que j’appelle sous-réaliste car il existe en dehors des grands repères mais pas en dehors des grandes découvertes, des grandes joies comme le montre les photos où la responsable du restaurant participe activement aux dernières chansons.

Et quand on est sorti à 11h 30, terrible douche froide. J'observe le calme de la rue et là une personne m'indique que ce n'est pas la même chose à Paris. Par la fenêtre du premier étage, un homme parle de 40 morts... la douche glaciale, l'effroi. Dans la voiture la radio déverse les témoignages de l'horreur. Vous connaissez la suite mais pas les beautés de concert.

J-P Damaggio

 

2

3