Bainville,_Jacques_(1922)

J'ai mis du temps à comprendre l'importance profonde du trio Maurras, Barrès, Daudet Léon. Pourtant j'ai depuis longtemps un livre du fils Daudet, comme Cladel, l'ami de son père, a eu une fille écrivain. Je me suis même demandé si Alphonse Daudet n'a pas choisi Léon comme prénom en hommage à Léon Cladel ! Pourquoi s'arrêter à ce sujet ? Nous verrons plus tard en attendant voici donc un épisode de la vie du duo Daudet-Maurras. J-P Damaggio

 Midi socialiste 3 avril 1928 /  M. Maurras reste seul

 Il parait que l'accord ne serait plus parfait entre MM Maurras el Léon Daudet. M. Maurice Pujo jouait d'ordinaire le rôle de tampon entre les deux directeurs de Action française, mais il ne peut faire continuellement la navette entre Paris et la Belgique où s'est réfugié AI Léon Daudet. D'ailleurs, le différent est d'importance.

Le beau matin que M. Chiappe conduisit M. Daudet à la Santé, il y avait déjà quelque temps que les deux maître de l' « A. F. » ne s'entendaient plus.

M. Daudet désirait, en effet, se réconcilier avec le Vatican. Il l'avait dit à M. Charles Maurras. Se soumettre ? M. Charles Maurras crut devenir fou. Puis, la première, émotion passée, - il pensa éviter la catastrophe. C'est ainsi qu'il conçut un plan qui fait honneur à son ingéniosité. Ce plan- on l'a deviné c'était la farce de l'évasion. M. Maurras fit sortir M. Daudet de prison et l'expédia en Belgique. Cela se fit si vite que M. Daudet, surpris, pressé, bousculé, ne se rendit compte de l'aventure qu'une fois à Bruxelles?

Chiappe assistait à une garden-party chez M. Herriot quand il apprit que le prisonnier s'était enfui !:

-Voilà dit-il une belle gaffe.

C'est pourquoi M. Daudet ne fut pas rattrapé.

Pour l'instant, M. Maurras impose ses volontés. M. Daudet a jugé plus prudent de se soumettre, mais il est furieux.

Ses amis avaient essayé de le faire revenir en donnant l'ordre à M. Joseph Delest de se faire arrêter. M. Daudet, dans un geste chevaleresque, devait reprendre sa place auprès de son compagnon de chaîne.

Mais M. Maurras ne l'entendait pas ainsi. Il fit dire à M. Léon Daudet que, Joseph Delest ayant été régulièrement libéré, une décision allait être prise le dispensant de purger sa peine. Il était préférable de laisser passa quelques jours pour rentrer eu France en citoyen libre.

M. Daudet suivit le conseil et attendit. Les jours passèrent... La grâce ne vint pas. Encore une fois, il était trop tard.

Ainsi, tandis que Joseph Delest a en a fini avec la justice et que cet exil devient un peu ridicule; M. Daudet ronge son frein à Bruxelles et prépare quelque coup d'éclat. De toute façon, c'est une rupture violente avec l'"A. F". Car le cœur de "l'Action française" est rue de Rome. Et Charles Maurras est rue de Rome. Seul. C'était son rêve. Cependant, où sont, dans tout cela les intérêts du roi ? Le roi ? M. Maurras l'admet... en principe, Daudet n'y croit guère. Mais personne ne s'en soucie moins que M. Jacques Bainville []sur la photo].