Sur le blog de Moissac Infos, à l'heure de tirer les leçons des Régionales, je note ce point :

"Troisième enseignement enfin : le « bayletisme », cette dégénérescence clanique du radicalisme est totalement impuissant à tenir son rang politique et idéologique, au sens où l’entendait Gramsci. C’est dire qu’il a fait son temps et que les héritiers du radicalisme historique doivent s’affranchir, le plus vite possible de la tutelle du patron du PRG, pour apporter leur pierre à un large rassemblement citoyen."

 A l'heure où le "bayletisme" s'empare de la presse du Languedoc-Roussillon ce n'est pas une dégénérescence. En accord avec Tapie il devrait même pouvoir s'implanter aussi en Provence. Le radicalisme n'est plus qu'un prétexte pour courir après le pouvoir.

A l'heure où le féodalisme devient une valeur "moderne", celui de Baylet annonce l'avenir plus que les partis existants. Les Républicains se déchirent, le Front de Gauche navigue à vue, le PS est totalement impuissant à tenir son rang politique et idéologique, et Bayrou ne sait de quel côté se tourner.

Baylet a pu perdre son poste de sénateur, son poste de président du Conseil départemental je ne dirai pas qu'il a fait sont temps mais qu'il fait son temps ! Un temps très pluvieux !

Et je me demande qui sont les "héritiers historiques" qui pourraient s'affranchir de la tutelle du baron quand, sans lui, on est rayé de la carte médiatique. Qui dit "baron" dit "vassaux" !

L'analyse proposée par Moissac Infos est donc un contre-sens que le contact moissagais avec Baylet devrait éviter. Déjà en 1977 tout les socialistes pensaient que le jeune Jean-Michel incapable d'avoir la hauteur de vues des Roger (le père), Hamecher et autres allaient droit dans le mur alors que c'est lui qui a effacé du paysage local le parti socialiste !

Au moment où Baylet fait alliance avec Barèges pour pousser dehors Astruc - signe sans doute d'un projet politique solide - au moment même où il multiplie ses exigences au Conseil régional, il démontre que la politique est morte, la base même du féodalisme.

 En la matière, la leçon des Régionales c'est l'échec de la liste Pinel par rapport aux autres listes Delga, échec venant en partie de l'incapacité à proposer une fusion équitable avec la liste Onesta. Plus difficile de s'entendre avec Onesta qu'avec Barèges !

J-P Damaggio