Mouss & Hakim - Bella Ciao / Bandiera Rossa

 

Pendant deux jours Moissac a vécu à l’heure berbère en hommage au chanteur Slimane Azem (plusieurs références sur le blog). Un premier événement avait eu lieu en 2008 suite à un film sur ce chanteur atypique, film qui s’est trouvé au croisement de trois histoires : après le groupe  Zebda deux des chanteurs, Mouss et Hakim, décident, un peu comme Massilia Sound System, de visiter les héros de leur enfance et fondent Origines Contrôlées ; un cinéaste décide de faire de même ; et à Moissac quelques personnes décidéntde se souvenir que c’est à qu’à vécu Slimane. Pour ce qui concerne les Editions La Brochure, elles publient une étude disponible sur ce blog.

 Depuis l’an dernier, Bruno, le neveu de Slimane, devenu toulousain, a décidé à son tour d’apporter sa pierre à la mémoire du chanteur kabyle, l’an dernier par une exposition et une visite au cimetière et cette année par un programme plus vaste grâce à… Origines Contrôlées.

 Mous et Hakim, les frères Amokrane avaient d’autant plus besoin de cette rencontre que le père, roi de la pelle et la pioche, vient de décéder et qu’il n’est pas question qu’avec sa mort disparaisse sa culture dont le chanteur Azem avait été la référence.

 J’avoue que j’avais quelques craintes quant à la réussite de la soirée du samedi soir. Qui viendrait saluer à Moissac, un chanteur kabyle ? Depuis 2008 j’ai vérifié la solidarité unissant cette communauté (sans négliger les luttes internes quand un descendant de Slimane jugea bon au début du FN d’en défendre les couleurs), mais pour remplir la salle du Hall de Paris il fallait aller au-delà.

 Et le succès a été au rendez-vous, un rendez-vous qui déjà en appelle d’autres puisque le 25 juin au Festival de la voix, une immense soirée est prévue avec beaucoup d’invités pour continuer le Moissac berbère.

 Alors pourquoi cette réussite ? Quel conseiller en communication aurait tablé sur des centaines de personnes rassemblées autour du chant kabyle dans une petite ville du Tarn-et-Garonne connue par ailleurs pour enregistre un vote FN proche de 50 % ?

 Tout tient en cette capacité de Mouss et Hakim à allier tradition et nouveauté. Tout tient en cette volonté de puiser dans la tradition de quoi faire nouveauté. Tout tient en cette idée que l’histoire n’est jamais achevée, une idée souvent écrasée entre les deux branches de la tenaille. D’un côté, ceux qui, au nom du respect de Slimane s’en tiennent à son passé, de l’autre ceux qui, au nom de la modernité classent le kabyle au rang de ruine culturelle. Mouss et Hakim chantent en kabyle, en arabe, en français, en catalan et j’ai cru qu’ils ajouteraient l’italien de Bella Ciao…

Ce n’est pas parce que le monde arabe a fait la guerre aux Kabyles qu’en retour les Kabyles doivent rester entre eux. Ce n’est pas parce que la France a fait la guerre à l’Algérie qu’en retour les Algériens doivent rester en eux, surtout quand ils sont des milliers à être venu en France et à y venir.

 Mouss et Hakim n'ont pas oublié Matoub Lounès ni Cheb Hasni (roi du raï) un des premiers (en 1994) à avoir été assassiné par des islamistes dont certains découvrent aujourd'hui qu'ils n'aiment pas la musique. Ils n'ont pas oublié leur Non au fascisme et Non à l'intégrisme. Et surtout ils n'ont pas oublié la joie qui peut l'emporter quand on ajoute leurs plaisirs plutôt que de les soustraire…

 Moissac capitale médiévale, Moissac capitale occitane, Moissac capitale berbère. Je prépare quelques surprises à ce sujet. J-P Damaggio