Le 23 janvier un blogueur de Médiapart attire l'attention de ses lecteurs sur une décision ancienne de Valérie Rabault qu'elle évoque sur son site internet dès le 27 décembre 2015 ! Mais bon c'était la trêve de noël… et comme on parle de Valérie Rabault comme ministre, voilà qu'il était bon pour ce blogueur, ALEXANDRE ANIZY de revenir sur le sujet. Pour que le lecteur se fasse une idée juste, je publie donc côte à côte, les deux versions des faits. Pour ma part en matière de transparence fiscale, dans un autre domaine, j'ai publié sur ce blog le succès qui a permis à Valérie Rabault de rendre public la DGF et je m'étonne encore aujourd'hui que personne n'ait évoqué ce sujet pourtant original et signe incontestable d'inégalités surprenantes. Pour le reste je vous laisse juges. J-P Damaggio

 Les tartuffes socialistes : la banquière Valérie Rabault pour l'opaque transparence

23 JANV. 2016 PAR ALEXANDRE ANIZY BLOG : LE BLOG DE ALEXANDRE ANIZY

L'irruption sur la scène politique d'une autre banquière, Valérie Rabault maquillée en socialiste, mérite un peu d'attention.

            Comme tant d'ingénieurs des "dites grandes écoles", Valérie Rabault passe en coup de vent dans le BTP (sa spécialité) pour commencer son plan de carrière dans la finance (ça rapporte plus pour les matheux, sans salir les escarpins) avec la Société Générale pour se faire les crocs, puis son envol chez BNP Paribas qui lui fera voir du pays (les places financières de Francfort, Hong-Kong, Londres). 

            Dans le même temps, VR est devenue socialiste à 27 ans en créant sa section à Montaigu-de-Quercy : autant avoir de suite les troupes locales à sa pogne quand on vise haut comme cette demoiselle. En 2006, la Parisienne professionnellement globe-trotteuse intègre le Conseil fédéral du Tarn-et-Garonne, c'est vous dire...

            En 2007 et 2008, quand la crise financière explose, elle en connaît bien le noyau puisqu'elle bosse dans la division des produits dérivés. Pour 2009, son revenu déclaré (108.013 €) est encore modeste pour son milieu, mais en entrant au comité exécutif de la filiale spécialisée dans le trading (BNP Paribas Arbitrage) en 2010, elle élève son score à 259.474 € pour finir à 490.621 € le 31 décembre 2011, lorsqu'elle obtient un congé sans solde de son employeur pour être débarquée à la campagne en tant que candidate "de gauche" aux législatives de juin 2012, où elle est élue. 

            Comme le macaron d'Amiens à l'Elysée, la banquière Valérie Rabault est en mission à l'Assemblée nationale, pour le bien public bien entendu. La députée novice intègre la prestigieuse commission des finances en tant que vice-présidente, où comme par hasard arrive en discussion la Loi bancaire du ministre Pierre Moscovici : VR et sa copine (du temps des classes préparatoires de Louis-le-Grand) Karine Berger (nommée rapporteuse de la Commission pour ce texte) ont bien travaillé l'idée initiale (séparer les banques de dépôt des banques de marché). Le résultat de cette Loi dite de séparation ?

« Dans un mélange de candeur et de parfaite sûreté de soi, Frédéric Oudéa, le patron de la Société générale, en effet « pas gêné » (au sens de Karine Berger), a cependant fini par lâcher le morceau en avouant que la loi de « séparation » n’allait le séparer que de 1,5 % du total de ses activités… »

Quelle efficacité... pour le bien public bien entendu !

             Concernant la Loi organique relative à la transparence de la vie publique, VR suit le mouvement : point trop n'en faut. Disons simplement ici que le citoyen lambda qui veut connaître le patrimoine de son député doit montrer patte blanche à la préfecture et jurer la non-divulgation de ce qu'il va découvrir. On peut résumer en qualifiant cette loi de transparence privée.

            Il nous faut signaler ici le comportement de Claude Bartolone : le fils d'un rital immigré comme il l'a souvent répété dans sa communication, lui qui s'insurge contre la démocratie paparazzi, étant un peu gêné aux entournures rien qu'avec sa magnifique bicoque de 380 m2 avec vue imprenable sur Paris estimée à 2 millions d'euros, est finalement non-votant lors du scrutin n°595 (en lecture définitive) du 17 septembre 2013.

            Les 2 votes de Valérie Rabault dans la nuit du 16 décembre 2015 sur l'amendement 340 relatif à l'évasion fiscale sont sans ambigüité : elle est contre la transparence.

            Qu'on se le dise : VR n'aime la transparence qu'à dose homéopathique.

 Article de Valérie Rabault

 27 décembre blog Valérie Rabault

Le marathon budgétaire vient de s’achever. En quelques chiffres, cela donne : 248 heures de séance (plus les heures de débat en commission des finances), 3641 amendements examinés en séance (plus ceux débattus en commission des finances) et 1005 adoptés.

La presse et les réseaux sociaux se sont intéressés de manière plus spécifique à quelques-uns d’entre eux sur lesquels je souhaite revenir. J’aborderai d’abord celui qui a donné lieu à 1h10 du matin, le 16 décembre, à une seconde délibération demandée par le gouvernement. Je ne vous ferai pas de la langue de bois, en vous disant qu’avoir recours à une seconde délibération n’est jamais très satisfaisant… surtout à 1h du matin quand l’hémicycle est un peu moins rempli que dans l’après midi….Mais passons sur ce point, et venons-en au fond.

Que proposait cet amendement ? Il visait à demander à toutes les entreprises françaises ayant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 40 millions d’euros à rendre publiques des informations sur le chiffre d’affaires, leur résultat net, les impôts payés, etc….et ce pays par pays (« reporting pays par pays »). Ces informations sont d’ores et déjà disponibles au global, l’amendement proposait qu’elles soient rendues publiques pays par pays. On estime à 8000 le nombre d’entreprises françaises concernées par cet amendement.

Alors que depuis 2012, je me bats avec d’autres sur la transparence fiscale, j’ai voté contre cet amendement, et je souhaite revenir ici sur les raisons qui ont guidé mon vote.

Pour mémoire, depuis mon élection en 2012, j’ai déposé pour toutes les lois de finances, des amendements visant à introduire dans le droit français, les 15 recommandations de l’OCDE en matière de lutte contre l’évasion et l’optimisation fiscale agressive.

Voici le lien vers quelques-uns des amendements déposés : dans la loi de finances pour 2013, dans celle pour 2014, …. En novembre 2013, nous étions même parvenus à faire voter un dispositif sur l’abus de droit en matière fiscale (lien vers le compte rendu qu’en avait fait mon collègue Pierre-Alain Muet relatant l’échange que j’avais eu dans l’hémicycle avec le président de la commission des finances)… malheureusement le Conseil Constitutionnel dans sa décision du 29 décembre 2013 l’avait retoqué (commentaire du conseil constitutionnel sur l’article 100)

Au-delà des tentatives que je viens de mentionner qui n’ont pas abouti mais qui se poursuivent, des avancées ont néanmoins été obtenues :

  1. Transparence bancaire : dans la loi bancaire, à l’initiative des députés, nous avons ajouté une disposition au texte proposé par le gouvernement demandant aux établissements bancaires de publier un certain nombre de données (chiffres d’affaires, effectifs, …) pays par pays. Concrètement l’objectif était de détecter l’évasion fiscale par des recoupements (imaginons un établissement qui aurait plusieurs milliards d’euros de chiffres d’affaires avec seulement 2 salariés… on pourrait alors légitimement soupçonner que ce chiffre d’affaires est « anormal » et risque de provenir d’évasion fiscale).
  2. Transparence pour les grandes entreprises : nous avons étendu aux grandes entreprises les obligations définies ci-dessus pour les banques.

Pour être efficaces, ces avancées ont été construites avec nos collègues européens. En effet, si l’Europe ne suit pas, il n’y a rien de plus simple pour une grande entreprise ou une banque de délocaliser son siège dans un pays qui n’exige pas les obligations de transparence que nous nous sommes fixées. Et là, toutes les dispositions que nous avons votées n’auraient eu strictement aucun effet au final. C’est ainsi que la rapporteure du texte sur la loi bancaire, ma collègue Karine Berger, s’était déplacée à plusieurs reprises à Bruxelles pour discuter à la fois avec la Commission européenne et avec les députés du Parlement européen, pour faire en sorte que « nous avancions ensemble », c’est à dire que les progrès indispensables en matière de transparence soient faits par tous.Ainsi, dans les 2 cas, nous avons fait en sorte que l’Europe suive : pour les banques, ce fut le cas avec le CRD-IV (directive européenne mise en oeuvre en 2015 pour les banques) et pour les grandes entreprises notre texte prévoit que son entrée en vigueur se fasse avec celle « d’une disposition adoptée par l’Union européenne et poursuivant le même objectif ».

L’amendement proposé de « reporting pays par pays » pour des entreprises à partir de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel n’est – à ce stade – pas envisagé par le Parlement européen ni par la Commission. Dès lors, si cet amendement avait été voté, on se serait retrouvé dans la situation que je décrivais ci-dessus… il «suffisait» aux entreprises concernées par l’obligation de délocaliser leur siège dans un autre pays de l’union européenne.  Je ne suis pas sûre que la France y aurait été gagnante, ni en terme d’objectifs de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, ni en termes d’emplois, ni en termes de compétitivité (les entreprises françaises se seraient retrouvées à rendre publiques des informations sur leur stratégie à l’international sans que la réciproque ne s’applique pour leurs homologues allemandes, néerlandaises, italiennes, espagnoles)….

Au-delà de ces obligations de transparence, nous avons obtenu d’autres avancées que pour ma part je trouve puissantes pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscale. Toutes ces avancées résultent d’amendements déposés par les députés socialistes et dont j’ai été soit co-signataire, soit rédactrice et signataire :

  1. en 2013, nous avons voté l’obligation pour toute les entreprises de transmettre systématiquement à l’administration fiscale, de manière dématérialisée leur prix de transfert. On sait qu’une manière de « transférer » du bénéfice vers un pays à fiscalité allégée, passe par les prix de transfert (grosso modo ils sont « gonflés »). Dès lors, une manière efficace est de contrôler ces prix de transfert. Jusque là, ce contrôle ne se faisait que lors des contrôles fiscaux. Désormais, l’administration fiscale peut suivre en temps réel ces prix de transfert, et construire des bases de données qui lui permettent de détecter des prix « anormaux ».
  2. en 2015, à l’occasion de cette loi de finances pour 2016, nous avons voté l’échange automatique d’informations, dès 2017, entre les administrations fiscales de tous les pays pour les entreprises ayant un chiffre d’affaire supérieur à 750 millions d’euros. Concrètement, cela signifie que pour une entreprise française ayant par exemple une filiale en Irlande, l’administration fiscale française transmettra automatiquement à son homologue irlandais les informations concernant cette entreprise, afin de s’assurer que la partie du bénéfice déclarée en Irlande est bien correctement taxée… et qu’elle n’échappe pas à l’impôt. Là aussi, c’est un grand pas vers plus d’efficacité.

Enfin, le combat se poursuit bien entendu, toujours en partenariat avec nos voisins européens. Pour ma part, j’ai rencontré l’an dernier la présidente de la commission du budget du Royaume-Uni à propos de recommandations de l’OCDE adoptées par le G20 déjà mises en vigueur au Royaume-Uni et qu’il faudra mettre en oeuvre en France. Des contacts très réguliers sont pris avec les députés allemands du Bundestag et des euro-députés. On continue.