le panneau

Les noms de ville en occitan fleurissent en Tarn-et-Garonne à l’initiative de l’ancien Conseil Général. Pour Castelsarrasin je craignais le pire et j’en discutais avant l’heure avec Renat Pautal, historien bien connu du secteur et qui a été professeur d’occitan. Au cœur de la grande vague occitaniste des années 70, il avait obtenu l’installation de tels panneaux que de mauvais esprits s’empressèrent d’enlever. Mais les panneaux n’étaient pas ceux d’aujourd’hui et il ne s’agit pas d’une question de graphie.

Tout au contraire : il s’agit du rapport que les élites départementales entretiennent avec Castelsarrasin !

Si vous prenez la langue française et que vous la traduisez, le panneau choisi est parfait. Et je comprends que ce soit la démarche classique.

Mais la langue occitane n’est pas une traduction du français et le nom de Castelsarrasin permettait de le rappeler. Pautal avait choisi pour nom, celui que les habitants emploient depuis toujours et encore aujourd’hui quand ils utilisent la langue occitane : Los Sarrazis.

Un nom qui vient sans doute d’un temps précédent la diffusion du terme Castelsarrasin (qui au 19ème s’écrivait le plus souvent Castelsarrazin).

Pourquoi pointer du doigt cet écart entre Castelsarrasin et Los Sarrazis ?

Car il s’agit de savoir quelle est la langue prédominante : l’écrite ou l’orale ?

Pour l’occitan je penche pour l’orale car c’est surtout par la force de l’oral qu’elle a survécu.

Je ne jette pas la pierre à la personne qui, vu de Montauban, a décidé pour le terme Castèlsarrasin.

Je constate simplement qu’en occitan aussi, l’incompréhension est de saison, entre les élites départementales et la ville toujours méconnue de Castelsarrasin.

Jean-Paul Damaggio

P.S. Ce mot n’est pas sans rapport avec la conférence que je vais présenter le 17 février sur Louis Taupiac pour qui l’étymologie de Castelsarrasin  signifie, avec preuves à l’appui : le camp des Sarrazins. J’y reviendrai.