P1200836

 

A la Bibliothèque de Moissac, le 2 avril, Chantal Fraïsse grande spécialiste de la question a évoqué avec images à l’appui le manuscrit désigné sous le nom de sacramentaire de Figeac et témoignage de l’art roman. Elle a d’abord expliqué la nature de ce type de manuscrits religieux puis elle a insisté sur les enluminures qui les ornent. Son sujet n’était pas de développer ce qu’elle explique dans son livre à partir des pages 217 comme quoi "les piliers du cloître renvoient vers l’univers des manuscrits". Elle a voulu porter seulement le regard sur ce manuscrit inachevé dit de Figeac et qui pourrait être de Moissac sans pour autant en faire un point de fixation.

Les sacramentaires ont connu trois époques, celui qu’elle a évoqué faisant partie de l’époque grégorienne et elle a souhaité mettre en avant un aspect spécifique du style : la palmette aquitaine.

Dans son livre où elle passe du cloître aux manuscrits elle indique :

« Dans sa thèse sur le cloître moissagais, Meyer Schapiro a une intuition particulièrement intéressante lorsqu’il note, à propos des plaques et des 76 chapiteaux : « L’ensemble fait penser à une bible enluminée où les miniatures de chaque livre sont précédés par une effigie en pleine page de son auteur et où des initiales ouvragées se mêlent avec fantaisie aux animaux et aux fleurs, comme sur certains des chapiteaux. » »

Les enluminures permettent en plus d’imaginer les couleurs possibles du cloître lui-même.

Cette confrontation des arts me semble passionnante et j’ai pu découvrir que là aussi Gallica apporte sa pierre puisque les manuscrits en question sont accessibles. Celui qui a été évoqué est à cette adresse : ICI

Les enluminures ne commencent qu'à partir de la page 17. Jean-Paul Damaggio

 Un autre genre d'enluminure en photo : Initiale V du Livre de Job (Folio 304 d'une Bible, Milieu du XIIe siècle 14,5 cm x 14 cm Bodleian Library, Oxford (Auct. E. Infra I).

Ci-contre photo de la salle pendant la conférence.

Rappel : le livre de Chantal Fraïsse : Moissac, histoire d'une abbaye

une vue de la conférence