CD 82

Je n'ai suivi que la première matinée de débat de cette importante session budgétaire.

Le président a fait un discours de président. Le président de la commission des finances (tout commence par lui) a fait un discours de président de la commission des finances. Et Jean-Michel Baylet qui était présent à ce moment là a fait du Jean-Michel Baylet (il a précisé "vous n'aurez pas à me supporter cet après-midi j'ai autre chose à faire"). C'est-à-dire ?

En deux mots : comment avec moins d'argent et sans augmenter les recettes (donc les impôts), réussir à satisfaire tous les besoins ? Astruc a donc, en conformité avec les orientations budgétaires votées en mars, présenté le détail des choix (j'y reviendrai).

Voyant venir les polémiques il a précisé que pour le fonctionnement des élus le budget est passé à 1 millions contre 1. 130 000 euros précédemment. Baylet a donc de son côté rappelé que dans ce budget de fonctionnement, les indemnités des élus elles-mêmes, augmentent de 22%. Les deux ont raison et à chacun de juger.

Là, petite séance comique car J-M Michel Baylet tenait à insister sur ce point, et il a accusé Astruc de vouloir "noyer le poisson" en évoquant les autres frais de voiture, de secrétariat etc. qui permettent de baisser la somme totale. Ce à quoi Astruc a précisé que les poissons ne se noient pas.

 En tant que ministre Baylet tenait à apporter que des bonnes nouvelles et l'une suscite bien des inquiétudes, c'est la nouvelle loi sur la DGF (dotation générale de fonctionnement). En TetG c'est 74,02 euros par habitant pour l'aspect basique de la DGF. La loi devrait uniformiser car entre les uns et les autres les écarts sont considérables. Baylet va tout arranger comme il va tout arranger l'autre inquiétude la recentralisation du RSA. A suivre.

Pour la DGF je renvoie à des éléments dans plusieurs articles de ce blog : ICI

Pour les communes du Tarn-et-Garonne elle va de 40 à 400 euros par habitants !

 En fait c'est par millions d'euros que l'Etat ne verse pas ce qu'il doit et c'est par millions d'euros qu'il retient ce qu'il devrait verser !

 Puis la parole à H. Hébrard pour, au nom de la commission des finances, présenter les grands chapitres.

Là, J-M Baylet qui a eu du mal à suivre les propos d'Astruc sans bouillir, voit sa marmite exploser. "Une parodie de présentation de budget". Et nous dirons qu'une phrase lui échappe : "Il ne comprend pas ce qu'il dit". Pour un expert comptable qui travaille sans doute sur ce budget depuis des mois, la pilule ne pouvait qu'être dure à avaler. Astruc soutient aussitôt son "ministre" des finances : "Indécent !" dit-il avant de lui donner la parole. Hébrard laisse les attaques personnelles à d'autres et propose de passer à la suite. Il relève seulement le reproche de s'en référer, en toute clarté, au cabinet "ressources consultant" qui a fait l'audit et qui visiblement a donné des directions. Alors que pour Baylet le personnel pouvait assurer cette tâche.

Astruc plus paisible que jamais rappellera, car visiblement il a pas mal de mémoire, que Baylet lui-même s'appuyait sur ce même cabinet ! Et il fera un autre rappel, pour répondre à Baylet observant que de la part d'un Caussadais il avait reçu des propos beaucoup plus dur : "François Bonhomme avait pu s'exprimer une fois mais pas deux."

Ambiance un peu tendue que Mme Sardaing-Rodriguez va tendre encore plus en rappelant en son nom, que les attaques personnelles ne devraient pas avoir lieu. Là, spontanément et très exceptionnellement, une partie de l'assemblée a applaudi ce qui fit dire à Baylet : "Voyez de quel côté vous êtes applaudie, et vous savez pourquoi !" En fait elle était applaudie par une partie féminine qui, en dehors de toute politique, n'avait pas envie d'interventions musclées. Si bien que quand Madame Nègre pointant une erreur de G. Hébard, celui-ci a pu la reconnaître aussitôt.

 Ceci étant tous les rapports de la matinée ont été votés à l'unanimité mais après diverses discussions utiles en particulier sur l'avenir du CAUE que Mme Ferrero a défendu avec précision.

A suivre. J-P Damaggio

P.S. La polémique que j'évoque a été reprise par Laurent Dubois sur le blog France 3. Mais il se trompe quand il dit que la droite a applaudi Sardeing-Rodriguez du PS, témoignage pour Baylet d'une alliance droite/PS, alors que continue l'alliance Baylet/Barèges. De son côté le journaliste de La Dépêche l'évoque mais enlève le bout de phrase dont j'écris qu'il a dû échapper à JMB à propos d'Hébrard : "Il ne comprend pas ce qu'il dit". Et il retient, des propos de Barèges, ce qu'elle a dit contre Astruc mais pas ce qu'elle a dit contre le gouvernement et la gestion passée de Baylet.