kinto lucas

Je lis depuis longtemps le journaliste Kintto Lucas (je l'imaginais Equatorien or il est né en Argentine). Sensible aux douleurs du monde il tente de survivre par les beautés de la poésie, par l'écriture de textes poétiques tendres, humains et optimistes. A présent, grâce au relais d'Amazone, la plupart de ses écrits sont accessibles à moindre prix sur internet avec son blog comme tremplin de lancement. Je découvre qu'un des ses frères est mort parmi les Tupamaros. J-P Damaggio

 ENRIQUE LUCAS: Recuerdos de un tupamaro latinoamericano

Voici 39 ans cde fut la chute de mon frère Enrique (Guillermo ou Guille) à Cochabamba (Bolivie), un jeune très jeune. Un révolutionnaire de ceux qui n'existent plus. Je reprends un texte appartenant à un livre à ce sujet, qui je l'espère sortira en novembre ou décembre. L'histoire qui suit est mieux comprise avec la narration du livre, le petit texte et les lettres montrent un moment vécu, une sensibilité et l'engagement révolutionnaire d'Enrique

Le nouvel an de 1974 sera le dernier que nous avons passé avec Enrique et Ela. Nous avions voyagé pour l'anniversaire de Graciela, le 28 décembre. Si le voyage était sûr, nous ne saviks pas où nous serions hébergés. Guillermo était à la recherche d'un endroit où rester plusieurs semaines sans problème majeur de sécurité. Les lettres décrivent le moment, sans avoir besoin d'en dire plus.

 

5 avril 1974

Chers frères :

 

Nous voici avec maman après certains désaccords qui nous ont inquiétés un peu. Nous savons que vous allez bien et que vous faites les choses correctemennt c'est-à-dire en étudiant et en travaillant. Nous voulons des choses simples (le travail et les études) et ne doivent pas tirer notre attention les choses mesquines et superficielles que cette société et les riches essaient de nous inculquer, comme la richesse, luxe, l'ambition pour être mieux que les autres. Mais pour cela il est nécessaire de voler, de calomnier et de se prostituer. Ils nous offrent des choses faciles, pleines d'intérêt pour nous écarter de nos objectifs, qui sont essentiels et difficiles à atteindre, mais sont d'une totale honnêteté, droiture totale et totalement pures, choses qui sont vraiment révolutionnaires comme le travail collectif et l'étude. Je sais que peut-être vous ne me comprendrez pas, mais plus tard oui. L'essentiel c'est de se mettre à étudier, parce qu'à l'avenir les techniciens seront nécessaires comme les médecins, ingénieurs, etc., pour commencer à construire la société autre. Et pour ça il faudra également travailler, travailler avec n'importe quel ouvrier et apprendre d'eux, car de cette classe naît la force qui rendra invincibles nos objectifs. Sur un autre plan il faut aider beaucoup maman à entretenir la maison. J'espère que vous m'écrirez bientôt. Je vais essayer de le faire chaque semaine. Portez vous bien et ne vous inquiétez pas. Bisous. Guille.

 

21 juin 1974

Chère mère et Kintto

Ici, nous avons reçu la visite de Daniel, ce qui nous a beaucoup réjouit, car déjà ils nous manquaient, parce que depuis trop de temps nous ne savions rien de vous. De notre côté, le travail nous prenait tout notre temps et ne nous ne pouvions vous écrire ni vous parler. Aussi ne soyez pas en colère, ne devenait pas tristes, nous vous aimons beaucoup et nous n'oublions personne, maman. J'ai reçu des nouvelles des gurises (Joaquin et Omar qui vivent à Cuba) mais seulement cette semaine nous avons reçu vos lettres et j'espère, pour ton anniversaire, pouvoir vous donner plus de nouvelles. Je sais que vous allez bien. En tout cas, dès que j'ai des nouvelles j'en donne. Vous n'avez pas parce que rien nous remerciant. Tout ce que nous avons fait ou hagamospor vous faites par l'un et s'efforcer de rendre tout le monde heureux. Ça me coûte beaucoup d'écrire. Eh bien, beaucoup de bisous et félicitations à Kintto pour les notes qu'il a eu. Embrassades et bisous. Guille

 

9 décembre 1974

Chère mère et frères

J'espère que vous allez bien. Nous pouvons maintenant vous confirmer que tu vous allez être grand-mère et oncles. Nous ne voulions pas en parler avant d'en être bien sûrs, de ce fait nous avons attendu un peu, mais toutes les analyses ont donné des résultats positifs. Nous sommes fous de la vie. Prenez votre billet de voyage pour le 28 ou le 29 qui est l'anniversaire d'Ela. Nous avons toujours un problème, parce que nous ne savons pas où vous héberger mais ça va se résoudre. Essayez de retirer immédiatement les billets sinon vous n'en aurez plus. Beaucoup de bons baisers à tous et joyeuses fêtes. Guille.