32401_couverture_Hres_0

Je ne suis pas assez savant pour dénigrer ou célébrer Michel Foucault. Je tente seulement d’accomplir un but vieux de dix ans, comprendre pourquoi il a célébré la révolution islamique en Iran. Et ce but n’a rien à voir avec une étude philosophique mais tout à voir avec le fait que la dite révolution, depuis 40 ans, donne le tempo de la vie planétaire, d’autant qu’au même moment naissait aux USA et en Angleterre une révolution dite conservatrice, le tout s’achevant à la fin des années 1980 par la chute du mur de Berlin « à mains nues » ! Comprendre le cas Foucault peut aider à comprendre comment en France et dans le monde, dans le camp du "progrès" certains ne cessent de célèbrer la République islamique (depuis que la théocratie de Téhéran est en bon terme avec les USA je n'ai pas vu de réajustements des raisonnements). Chavez a été champion en la matière mais guidé par quelques intellectuels savants.

Si l’histoire n’avait pas changé le sens du mot « révolution » en celui de « contre-révolution » je laisserais le débat autour du cas Foucault aux spécialistes.

Sauf que voilà, au moment même où il célèbre la révolution iranienne Foucault prépare et tient un cours en 1979 au Collège de France qui vante les mérites du néolibéralisme (du moins de ce qu’il entend par néolibéralisme).

Sauf que l’histoire de la « spiritualité politique » en Iran ou la glorification de l’entrepreneur n’ont pas été dans le sens imaginé par Foucault. Pas surprenant puisque de toute façon il s’est rallié depuis longtemps à ceux qui pensent que l’histoire n’a aucun sens !

Donc avant de revenir au cas iranien (par la parole italienne), voici ce détour par le camp néolibéral.

Foucault_n_olib_ral

J-P Damaggio