montebourg

"Une baisse des impôts de 10 milliards d’euros et une relance de l’investissement par les infrastructures de 20 milliards d’euros." Montenbourg se situe surtout sur le plan économique domaine certes central mais un président n'est pas seulement le ministre d'un redressement productif. Or l'échec de Holland est aussi le sien !

La relance par l'investissement est une rengaine qui avait sa raison d'être en 1945 quand il fallait tout reconstruire. Aujourd'hui, investir ne signifie pas croissance !

 « Avec ces 30 milliards, on obtient 2 points de croissance en plus à horizon de cinq ans, 500 000 chômeurs de moins, une dette qui diminue de 10 points et un déficit budgétaire stable.»

 Il s'agit là d'une mécanique qui fonctionne sur le papier mais pas dans la vie. Une baisse des impôts c'est donner du pouvoir d'achat mais comment ensuite l'Etat assume ses responsabilités dans les domaines de la sécurité, de la santé, de l'éducation, de la culture…

La question n'est ni celle de l'augmentation des impôts, ni celle de leur baisse mais celle d'une refonte de la fiscalité toujours évoquée et jamais réalisée.

 Avec lui, rien d'écolo, rien de justice sociale, juste une redistribution des cartes économiques dont il n'en maitrise pas la première.

Bien des constats sont utiles, y compris sur la crise de l'Union européenne, bien des analyses justes mais il croit trop que son domaine de prédilection peut faire une politique.

 Et le flou entretenu sur le fait qu'il est soit candidat aux primaires de la gauche, soit candidat directement à l'élection n'est pas de nature à clarifier son projet. Il a déjà été candidat aux primaires du PS en 2011. Rappelons les résultats :

François Hollande 1 038 188             39,17 %

Martine Aubry 806 168                     30,42 %

Arnaud Montebourg 455 601            17,19 %

Ségolène Royal           184 091           6,95 %

Manuel Valls              149 103           5,63 %

Jean-Michel Baylet    17 055             0,64 %

Voilà son équipe de campahgne d'alors :

Directeur de campagne : Aquilino Morelle

Porte-parole : Bertrand Monthubert, Sihem Souid, Géraud Guibert

Conseiller politique : Thierry Mandon

Responsable du programme : Frédérique Bredin

Coordinateur des experts : Julien Dourgnon

Responsables du comité de soutien : Christiane Taubira, Roland Castro

Equipe web et discours : Fabrice Berrahil, François-Xavier Petit, David Medioni

 Aujourd'hui où en est-il de ses soutiens ? Sa compagne Aurélie Filippetti, et les autres ?

J-P Damaggio