Dans un premier article j’ai expliqué que le FN lutte contre un islamisme qu’il a dessiné à sa convenance. Après cette analyse statique j’ajoute aujourd’hui une analyse dynamique tout comme après la description d’une voiture on tente de la faire fonctionner.

Le carburant de la peur

La peur sert ou tue toutes les causes aussi il est important d’en constater les effets.

Dans la mouvance FN on surestime le danger islamiste pour mieux masquer le danger FN.

Dans la mouvance de gauche (quelle soit modérée, ordinaire, extrême, alternative et j’en passe) c’est bien sûr l’inverse.  On surestime le danger FN pour effacer le danger islamiste.

Je n’oublie pas ceux qui surestiment les deux dangers et ceux qui les sous-estiment !

Il existe de toute façon un engrenage qui rend le FN toujours gagnant !

Face aux attentats, l’attitude disant « n’ayons pas peur car si nous avons peur, l’adversaire a gagné » est une attitude dont le ridicule doit faire…. peur y compris quand il suscite la réaction contraire.

Pour m’expliquer je reprends une anecdote que j’ai déjà racontée. En 2005 avec Marie-France nous avons rencontré une pharmacienne à Alger qui nous a expliqué qu’au début des années 90 elle a subi des menaces multiples, répétées de la part d’islamistes qui lui demandaient de rester chez elle, là où était sa place, et d’envoyer à sa place, dans la boutique, son mari bien qu’il ne soit pas pharmacien. Chaque matin en se levant elle surmontait sa peur et en réponse, elle allait au travail. Ils ont pu lui crever les roues de sa voiture, et provoquer d’autres désagréments de ce genre, elle a tenu bon et a fini par gagner : plus personne n’est venu l’importuner. Sa peur a alimenté son courage quand chez d’autres la peur alimente la lâcheté. Elle pensait que ceux qui ont quitté l’Algérie par peur étaient des lâches mais comme pour la peur, il y a fuite et fuite. Certains sont partis se cacher ailleurs mais d’autres sont partis ailleurs pour continuer la lutte sous une autre forme.

La peur est signe d’humanité. Le tout est de savoir ce que l’on en fait !

 

Le F.N., un parti naturel ?

L’engrenage de la peur évoqué révèle à l’usage que la vision donnée par le FN de l’islamisme est devenu… hégémonique ! Combien de fois ai-je entendu chez des gens de gauche une sous-estimation d’un danger islamiste, réduit à ce que le FN en dit !

L’islamisme réduit à une action raciste contre la France, ou réduit à sa version terroriste, ou réduit à  la « mode » du voile n’est pas l’islamisme.

L’islamisme, pour son projet de société où la religion guide la politique, use de la terreur en France comme partout dans le monde. La terreur exercée sur le peuple en Iran ou en Arabie Saoudite est le principe de base de leur politique.

Sur la route on croise toujours la référence « au refus de l’amalgame ». Le FN réduirait l’islam au terrorisme et c’est par rapport à cette vision qu’il faudrait se déterminer ! Le même engrenage fonctionne toujours ! Et il fonctionne d’autant mieux que les grands médias parlent « FN », je veux dire véhiculent la nature de l’islamisme que le FN décrit !

Je ne trouve pas les mots pour m’expliquer aussi un exemple : la France. Naturellement le FN présente l’islamisme comme un danger pour la France (je dis naturellement car la défense de la France le cœur de son projet depuis toujours) et la réponse est classique : l’islamisme n’est pas un danger pour la France car ce ne sont pas dix terroristes qui peuvent changer le cours d’une histoire vieille de plusieurs siècles etc.

La pharmacienne d’Alger n’avait pas face à elle des racistes lui reprochant son intervention je ne sais où, mais un projet de société désireux d’appliquer une loi de l’islam politique, la charia. La question n’est pas celle des signes religieux en eux-mêmes mais celle du projet de société véhiculé par les dits signes religieux. Le FN préfère porter le regard sur les conséquences que sur les causes car en fait son projet de société est apparenté à plusieurs formes du projet islamiste.

On croise aussi la référence à l’universel. De quel droit « l’Occident » peut-il prétendre à l’universalité de son modèle face à des islamistes dont l’universalité est évidente ? Toutes les religions se veulent universelles et quand le politique décide de les marginaliser – en avançant son propre universel – on comprend qu’elles veuillent se prétendre aussi, une politique ! L’islam devrait bien connaître cette question vu la guerre interne qui le traverse depuis si longtemps à moins que, toujours face aux réductionnismes du phénomène, on n’en déduise que la guerre entre sunnites et chiites n’est qu’une invention du capitalisme alors que là aussi c’est l’inverse : le capitalisme se sert de la dite division pour son bénéfice, il ne l’invente pas !

Terminons pas l’Algérie.

René Monzat a publié en 2005 un livre utile au sujet du FN dont le titre me paraît juste : Les voleurs d’avenir, pourquoi l’extrême-droite peut avoir de beaux jours devant elle. Bien souvent j’y note les subtilités de l’étude. Il y parle de l’islamisme au chapitre : « l’alternative laïque reste la cible » et là tristesse ! L’essentiel pour lui est de pointer que les USA et leurs alliés arabes ou israéliens ont tout mis en œuvre pour détruire les éléments de laïcité qui existaient dans l’espace arabo-musulman et tout le reste en découle. Pour l’Algérie je lis : « En Algérie, le pouvoir laissa s’implanter les groupes islamistes pour contrer les organisations étudiantes de gauche, avant de jouer avec les groupes armés un jeu cynique.»

L’islamisme algérien n’étant pas le fruit de l’intervention des USA il a toujours posé des problèmes à ceux qui nient la nature profonde d’un phénomène réduit à un manœuvre du pouvoir et ensuite à un « jeu cynique » ! D’abord mettre en haut « les organisations étudiantes de gauche » et mettre en bas l’armée algérienne. Pour un jeu cynique ! Si ce n’est pas du cynisme dans le cadre d’une guerre avec plus de 200 000 morts, je ne comprends pas le cynisme ! L’Algérie est le révélateur ! L’Algérie où est né l’OAS ce qui va ensuite jouer un rôle dans la naissance du FN, est le révélateur. Il n’y a pas d’armée sans bavures surtout quand on a en face la brutalité du  GIA ! Et l’Algérie reste un révélateur : les terroristes ont été battus mais l’islamisme y reste très présent. Et au quotidien des hommes et des femmes le combattent mais la gauche française (dans toutes ses variantes) en refusant de combattre clairement l’islamisme ouvre un boulevard au FN et laisse dans le désespoir les démocrates du monde arabe.

J-P Damaggio