Dans le département il y a deux circonscriptions. Pour répondre à la question sur les candidats FN un retour sur les résultats de 2012 s'impose.

1er circonscription :

Premier tour pour les trois premiers candidats :

Valérie Rabault (PS) : 38,2% (23,98%)

Brigitte Barèges (UMP) : 32,7% (20,57%)

Thierry Viallon (FN) : 14,45% (9,07%)

Au second tour la candidate PS l'emporte avec 54,09%.

2ème circonscription :

Sylvia Pinel PRG : 42,05 % (25,63%)

Marie-Caude Dulac (FN) : 19,21% (11,71%)

Philippe De Vergnette (UMP) : 17,38% (10,59%)

Il y avait un dissident de droite, l'ancien député J. Briat qui a fait 8,3%.

Au second, tour la candidate PRG l'emporte avec 59,8%.

La candidate FN passe dont de 19,2 à 40,1 %  !

 La question ici évoquée, comme on va le lire, n'est pas une question de personne mais bien une question de nature profondément politique.

Après la victoire de Hollande, les résultats du PS-PRG ont fait un bond historique qui ne va pas se répéter donc il y a pour le FN une circonscription gagnable celle de Sylvia Pinel ancienne ministre. Quand une circonscription est gagnable la stratégie du FN est depuis toujours d'y envoyer un homme proche de l'appareil du parti (voir article précédent). Ainsi dans la deuxième circonscription le FN a deux conseillers municipaux mais visiblement l'idée est d'y envoyer un inconnu local même s'il était candidat aux municipales à Moissac et le troisième sur la liste FN aux Régionales (les deux premiers ont été élus) : Romain Lopez. Ajoutons tout de même qu'en 2015 il était aussi candidat aux départementales sur le Pays de Serres où, avec sa binôme, Josette Lahaye, ils sont arrivés en tête au premier tour (22,2%) mais par contre au second tour avec seulement 31% ils furent très loin de la victoire. On le trouve attaché parlementaire de Marion Maréchal Le Pen avec les titres suivants : diplômé d’un master en histoire et d’un master en Ingénierie politique, membre du FN82. Toujours des universitaiers....

En 2012 J-M Baylet a soutenu la candidature de son opposant UMP d'hier Jacques Briat dissident de droite pour ainsi favoriser le FN car sa candidate Sylvia Pinel était plus facilement sûre de gagner contre le FN que contre l'UMP. La candidate FN même sans le 12,5% des inscrits a pu se maintenir car arrivée en deuxième position.

Avec un FN sûr de se maintenir, il faudra un seul candidat de droite, car ainsi la triangulaire peut sauver la candidate PRG. Voilà comment se joue une élection : pas seulement sur tel ou tel nom mais sur le contexte du rapport de forces.

 La Dépêche d'aujourd'hui cite PoliticCircus 82 qui évoque une querelle dans le FN au sujet de la présence de Romain Lopez, une querelle entre le clan de Marine et celui de Marion. L'histoire interne du FN a toujours été une querelle de clans, de Stirbois/Le Pen à Mégret/le Pen etc. Valérie Rabassa est soutenu par Louis Aliot, mais Marion souhaite placer là son cher… Romain Lopez !

Il suffit de lire le compte tweeter de Thierry Viallon pour deviner que la décision est déjà prise, ce sera Romain Lopez déjà présent sur le marché de Beaumont et sans Valérie Rabassa, qui de son côté préfère relayer les actes de Marine que ceux de Marion. Quant à Romain Lopez son compte tweeter ne manque pas de photos célébrant sa présence au Concours agricole de Montauban où il ne semble pas avoir croisé Valérie Rabassa pourtant elle aussi très présente vu les photos probantes.

La Dépêche d'aujourd'hui semble découvrir un fait qu'elle évoquait dès le 8 février au moment des pré-décisions du FN (leur conclusion en ce mois d'octobre) mais aussi le 10 juillet. Un candidat aussi peu connu que Romain Lopez (par rapport à Patrice Charles et Valérie Rabassa) peut éventuellement laisser un espoir à Sylvia Pinel.

Est-ce à dire que Valérie Rabassa est prête à aller, par compensation, sur la circonscription de Brigitte Barèges pour contribuer à son échec. Si, en 2012, il a manqué quelques points à Thierry Viallon pour se qualifier pour le second tour, il peut ne pas en être de même en 2017 ! Dans le cadre d'une triangulaire, la candidate PS peut sauver son poste.

En conséquence Brigitte Barèges va continuer d'être la championne du combat contre le FN pour des raisons de parti, alors que pour les idées…

De son côté J-M Baylet va être contraint de revoir son approche du FN qui, d'allié potentiel pour diviser la droite, peut devenir un concurrent direct ! Comme en 2002 quand le PS croyait que le FN en divisant la droite pouvait assurer son succès, et réalisa son élimination du deuxième tour de la présidentielle.

Qu'est-ce qui est politique dans tout ça ? Le FN se maintient dès qu'il le peut, que ce soit au bénéfice de la droite ou de la gauche… car tel est son bénéfice même quand il perd. Et son électorat n'en a rien à faire des querelles internes. En tant qu'opposant du FN cette situation me désole profondément car la riposte ne peut pas se baser sur des calculs politiciens.

J-P Damaggio