manif paysanne (2)

Ce matin à 8 h 30 je pars pour le marché de Castelsarrasin quand, le maire d'Angeville qui est devant l'école me fait signe de m'arrêter : "la route est bloquée pour Castelsarrasin". Je réponds que je vais donc aller directement à Montauban : "la route est bloquée aussi". Alors je me dis que je vais faire la photo du blocage. Je me suis souvenu de ce jour où, pour cause d'inondation, tous les ponts sur la Garonne étaient bloqués sauf le plus vieux à Saint Nicolas !

manif paysanne (1)

En effet, sur le pont de Saint-Aignan des immondices bloquent une voie, l'autre a été déblayée par les employés du Conseil départemental. Je peux passer mais un peu plus loin, embouteillage monstre. Je fais demi tour pour aller voir ce qui se passe au pont de Belleperche afin de rejoindre tout de même Montauban. Là, une banderole qui rappelle la colère des éleveurs et, par chance ma voie est ouverte sans embouteillage ensuite. Par contre, dans l'autre sens c'est la galère.

A Montauban, première étape à la Librairie Deloche et là une employée arrive en pestant pour le retard causé par les manifestations. La matinée de rentrée scolaire a donc été fortement perturbée.

Une belle action paysanne ? Du temps où les autorités politiques avaient un minimum de conscience, j'aurai dit "une belle action" mais aujourd'hui les administrés peuvent bien être embarrassés que ça ne préoccupe que très peu les plus hautes sommités. Bien sûr, au Conseil départemental ou à la Gendarmerie il a fallu payer les pots cassés mais à Paris on attend que l'orage passe, on distribue des miettes et on laisse "le bazar" en héritage aux prochains. Et les éleveurs souffrent. J-P Damaggio