Gyrophare

Le site internet Vivre au pays, vient de consacrer une de ses bios à Henri Stassinet. Belle occasion d’indiquer les débuts « journalistiques » de cet homme si sympathique.

Les hasards de la vie ont fait que j’ai eu son père comme professeur au collège au Caussade. Indépendamment du fait d’en avoir été très heureux, j’ai apprécié la découverte de son fils parmi les collègues instituteurs.

En 1986 la profession a connu un mouvement de lutte exceptionnel. Avec l’apparition de ce qu’on appelait à l’époque « les coordinations » qui avaient pour fonction de secouer la torpeur syndicale, en particulier du côté de la FEN et de son syndicat d’instit : le SNI-PEGC.

Quand les élections internes au syndicat arrivèrent en 1987, deux tendances décidèrent de fusionner (Unité et Action et Ecole Emancipée) et de s’unir avec la nouvelle génération pour créer une tendance locale originale : Syndicalisme Autogestionnaire- Mouvement Unitaire (SA-MU). Cette création a préfiguré ce qui s’est passé ensuite quand la FEN, se transformant en Syndicat des Enseignants pour s’unir dans l’UNSA, a chassé ses minoritaires qui ont créé la FSU avec en son sein le SNUipp.

chili pinochet

Le SA-MU lança en avril 1987 son modeste journal, le Gyrophare, distribué à tous les instituteurs du Tarn-et-Garonne. Henri Stassinet en fut aussitôt le rédacteur en chef.  Il le restera jusqu’en mai 1989. Petit à petit nous l’avons vu glisser vers son rêve, devenir journaliste radio.

Comme d’autres bénévoles de Bas-Quercy Radio il deviendra un professionnel et je suis heureux de constater qu’il poursuit sa tâche avec tant de plaisir dans ma Gascogne voisine. Pour ma part Le Gyrophare fut le point de départ concret d’une activité politico-syndicale d’un nouveau genre. Par les dessinateurs, par les intervenants nouveaux, par la liberté d’expression, j’en garde un souvenir ému et à feuilleter la modeste collection je constate par exemple que dès juin 1988, nous y dénoncions l’extrême-droite. Je serais curieux de découvrir des journaux syndicaux ayant fait de même. J-P Damaggio

P.S. Je rerouve avec plaisir ce dessin de Patrick Lalanne qui évoque le référendum perdu par Pinochet en 1988. Un beau film, NO, raconte ce tournant de l'histoire chilienne.

 Article d'Henri Stassinet (avril 1988)

Un an !

Eh oui ! malgré les regards ironiques, dédaigneux, voire hostiles qui ont accueilli le premier numéro, notre Gyrophare n'en continue pas moins de "tourner" depuis bientôt une année.

Certains virent, à sa sortie, un outil de propagande, uniquement créé pour soutenir le SA-MU lors des élections au Conseil syndical. Pour ceux-là notre journal ne devait pas survivre aux grandes vacances !

Ce numéro 5 est la meilleure preuve de cette erreur d'analyse.

S'appuyant sur la dynamique engendrée par le regroupement spontané qui s'est opéré autour du mouvement SA-MU, Gyrophare a maintenu le cap qu'il s'était fixé : le refus de n'être qu'un journal de tendance de plus et permettre à tous de s'exprimer dans ses colonnes. Aujourd'hui encore, Gyrophare s’affirme comme un point de départ à la réflexion, au débat et non comme un instrument de polémique. Ayant même, semble-t-il, suscité des vocations chez nos collègues du SGEN (à qui nous souhaitons bonne chance pour le lancement ce mois-ci de leur premier périodique), Gyrophare espère demeurer ce clignotant qui maintient notre profession en état de veille permanent sur son évolution et sur sa vie syndicale. Après un an d'existence, ce Gyrophare compte encore sur votre énergie pour continuer à tourner : c'est un miroir qui reflète toutes les opinions, à chacun de lui envoyer les images qui lui tiennent à cœur. Après tout, on n'est jamais mieux servi que par soi-même... Henri Stassinet.

 

L'article de Vivre au Pays

HENRI STASSINET (RADIO FRANCE)

 Henri Stassinet est directeur de la station locale de Radio France, France Bleu Gascogne. C'est aussi une voix connue de Radio France où il intervient ponctuellement.

Henri Stassinet est née en 1963, il est originaire du Lot où il a suivi ses études pour devenir instituteur. Profession qu'il exercera jusqu'en 1989, tout en devenant pigiste, comme d'autres journalistes importants, à Bas Quercy Radio.

C'est à BQR qu'il se fait remarquer par Radio France où il sera reporter de 89 à 92, puis grand reporter de 93 à 99, chef du service des sports de 2000 à 2002, rédacteur en chef de 2002 à 2007 et enfin donc directeur de France Bleu Gascogne depuis.

Son parcours scolaire et universitaire dans notre région :

Ecole Normale du Lot

Université du Mirail Toulouse