C'est par Le site de moissac au coeur que j'ai appris l'existence de cette pétition pour défendre la démocratie à Verdun-sur-Garonne question que j'ai déjà évoquée ICI. .

La pétition

 Je relaie cette pétition et j'en profite, pour ceux qui ne connaissent pas l'affaire, pour reprendre l'article du Petit journal qui permet de mesurer l'importance de la question. Sur La Dépêche du 26 novembre dans un article faisant le point sur les projets de l'intercommunalité (et qui vise à indiquer que Denis Roger devrait être le président de la prochaine intercommunalité agrandie) il est écrit : "Denis Roger ancien maire de Verdun sur Garonne et aujourd'hui conseiller municipal d'opposition profite de l'occasion pour évoquer les lettres anonymes et menaces qui seraient adressées à la majorité municipale. "Comme j'ai pu le dire au conseil municipal, je condamne avec virulence ce procédé. Je n'ai jamais connu pareil climat à Verdun.""

Déclaration importante que je relaie mais nous notons dans l'article, le conditionnel "seraient", pour parler de faits avérés. J-P Damaggio

Article du Petit Journal

L'équipe municipale a décidé de crever l'abcès en publiant dans son prochain bulletin municipal, les diverses intimidation dont les élus de la majorité font l'objet depuis plus d'un an et demi. Jointe par téléphone, la maire de Verdun-sur-Garonne nous a confirmé prendre très au sérieux ces faits avec un tournant plus dramatique concernant des menaces de mort déposées à son domicile au mois de septembre.

« Tu vas me le payer. Je vais te crever... J'attends le moment fatidique »

Alors, que fin septembre un habitant la menaçait physiquement et l'injuriait pendant la fête locale ; un adjoint était également violemment pris à parti. Jusqu'à présent, et ce depuis dix-huit mois, Aurélie Corbineau, avait bien tenté de canaliser ce torrent de haine avec son équipe, mais aujourd'hui la coupe est pleine. Pas moins de vingt-cinq plaintes ont été déposées depuis le début de cette affaire. « J'ai des enfants... Tout cela devient invivable... » La première magistrate a demandé audience au préfet. Plusieurs enquêtes de gendarmerie sont en cours.

L'équipe municipale s'adresse à la population

« Jusqu'à présent nous nous sommes concentrés sur les différents projets communaux, sans faire état de l'ensemble de ces menaces. Mais aujourd'hui, notre mandat s'exerce dans des conditions anormalement difficiles et illégales. Pour nous, la démocratie au quotidien, c'est s'enrichir des avis et des regards des autres. C'est que chacun puisse exprimer son opinion et manifester, si besoin, son désaccord de manière constructive et légale. Nous vous sollicitons régulièrement pour que vous participiez à la construction commune de notre ville. Même si nous ne pouvons pas toujours les prendre en compte, les avis que vous exprimez sont entendus, et bien souvent, ils nous permettent d'améliorer nos décisions. Quelques Verdunois n'acceptent pas le résultat des urnes et mènent de façon anonyme des actes d'intimidation. Ces actes sont illégaux et punis par la loi. La démocratie ne tolère pas les menaces verbales et physiques sur les élus de la République, injures, diffamations et menaces de mort. Nous avons saisi la justice. »

Rappel des faits

Mars 2015. Le même weekend, deux lettres anonymes différentes sont déposées dans la boîte aux lettres de deux élues. Parallèlement, un tract diffamatoire anonyme concernant un élu, est distribué dans la boîte aux lettres de certains Verdunois. Une main courante est déposée à la gendarmerie

D'octobre 2015 à janvier 2016 Des actions de dégradations sont effectuées de manière répétée sur la façade du domicile de Madame le Maire. Une autre élue constate une dégradation sur sa façade. Une main courante est déposée auprès de la police municipale.

5 février et 9 avril 2016 Les élus de la majorité reçoivent à leur domicile deux lettres anonymes postées par le même expéditeur. De nombreux propos outrageants sont émis. De plus, les courriers demandent aux élus de démissionner. 18 élus ont déposé plainte auprès de la gendarmerie, pour outrage à une personne dépositaire de l'ordre public. Article R433-5 du code pénal

26, 28 juillet, 23 août, et 11 septembre 2016 Trois personnes déposent des commentaires sur facebook contre les élus, propos relevant de la diffamation, d'injures à caractère racial, d'incitation à commettre un délit envers les élus, et de menaces matérialisées de délit. Cinq plaintes sont déposées à la gendarmerie.

23 et 25 septembre 2016 Pendant la fête de Verdun/G, un habitant menace physiquement et injurie Madame le Maire et un autre Verdunois menace physiquement un adjoint. Une plainte est déposée à la gendarmerie pour injures publiques. Article 33 de la loi 29 juillet 1881

30 septembre 2016 Madame le Maire reçoit une lettre de menaces de mort anonyme déposée directement dans sa boîte aux lettres personnelle. Une plainte est déposée à la gendarmerie selon l'article 222- 17 du code pénal pour menaces de mort matérialisée par écrit.

La gendarmerie engage une procédure avec recherches d'empreintes et de traces ADN.

8 octobre 2016 Les élus de la majorité reçoivent à leur domicile une lettre anonyme postée incitant les élus de la majorité à démissionner de leur fonction. Une procédure de renseignement judiciaire est effectuée auprès du procureur. PR