musiciens

Le 1er janvier 2017 le traité de libre échange Equateur-Union européenne est entré en vigueur. Qui en a été informé en France ? Personne. Car le petit Equateur c’est Personne ! Il fallait donc être un peu téméraire pour évoquer globalement cette histoire, en une heure, à Montauban. En conséquence nous nous sommes retrouvés une dizaine autour de la table pour survoler la question générale tout en mesurant l’originalité de ce pays.

Rappelons que ce pays a apporté au monde deux révolutions parmi les plus phénoménales.  Le scientifique français La Condamine est allé y mesurer la Méridienne en 1736 (cette action était largement célébrée cette année… en Equateur) mesure qui a servi quelques années plus tard à la création de cette merveille qui s’appelle le système métrique, merveille de science, d’efficacité et de démocratie.

Cent ans après, en 1836, le scientifique Darwin est passé par les Iles Galapagos devenues équatorienne dix ans avant, et il a crié à son tour Eureka suite à une découverte scientifique pleine d’efficacité et de démocratie. On peut aller aux Galapagos pour y étudier la biodiversité mais on peut y aller seulement pour mettre ses pieds

darwin

dans ceux de Darwin célébré à tous les coins de rue. Son œuvre est aujourd’hui encore l’objet d’une bataille d’idées, cruciale. La découverte de Darwin a été la plus massacrée, niée, trafiquée, tuée, de toute l’histoire. Le plus terrible c’est ce qu’on appelle « le darwinisme social » qui veut appliquer à l’histoire des hommes la théorie de la sélection naturelle. Or l’homme, produit de la dite sélection, va se caractériser par la sortie de la dite sélection ! Avant l’homme, le fort a éliminé le faible, et avec l’arrivée de l’homme le fort et le faible ont été contraints de s’épauler ! Darwin l’a clairement indiqué et Patrick Tort en France a démontré cet apport masqué de Darwin, qu’il a appelé « l’effet réversif ». Par sa naissance l’enfant de l’homme est inachevé et il ne pourra survivre que par l’appui collectif de la société. Non, la lutte des classes n’est pas un avatar de la sélection naturelle, et Patrick Tort en marxiste convaincu permet de saisir la nuance.

Mais revenons à l’actualité équatorienne, à ce tournant qu’aura été la gestion de Rafael Correa et son parti Alliance Pays. Un laboratoire d’une révolution en quête de solutions. Place de la religion, de la

avocatier

réforme agraire, du combat des indigènes ? Rapport entre les centres urbains populaires et les quartiers nord-américains ? Rôle de Quito ? Rapports entre l’industrie minière et l’agriculture ? La question des solidarités régionales ?

Pour l’accord U.E.-Equateur, la «générosité» des dirigeants de l’U.E. est bien connue, en conséquence, dans leurs communiqués, ils indiquent que les droits de douane vont baisser pour les 206 millions de ventes européennes au pays latino alors qu’elles vont baisser pour les 240 millions qui vont dans l’autre sens : «Cet accord asymétrique est conçu pour répondre aux besoins de développement de l’Equateur». Rafael Correa a hésité avant de signer. La négociation avait commencé avec le Pérou et la Colombie. Puis en 2009 l’Equateur est sorti de la négociation mais finalement il y est revenu. Traduction pratique dans le pays ? Sur la route entre Quito et Otavalo on croise les immenses serres qui, tout au long de l’année, produisent les roses qui arrivent sur le marché européen. Inutile de préciser que les conditions de travail dans ces serres sont dramatiques pour la santé des employés qui viennent souvent de loin car, c’est vrai, les salaires sont bons. Faut-il développer cette agriculture d'exportation ?

map_yasuni-ba1ca

La grande originalité de l’Equateur tient à la forte présence indigène organisée dans la CONAIE, couplée avec un climat génial pour l’agriculture. C’est une autre agriculture que celle d’exportation. Une question sur les avocats aurait pu se traduire par la projection d’une photo d’un avocatier (mais le temps court et les moyens techniques disponibles ont limité cet aspect de la conversation). De cet arbre peuvent «pleuvoir» en permanence des dizaines de fruits ! Bel exemple d’un fait qu’il voir de ses yeux pour en mesurer les conséquences sociales ! L’Equateur n’ayant pas été un pays minier comme le Chili ou le Pérou, les Indigènes ont été beaucoup moins des victimes industrielles et ont donc conservé cette qualité agricole.

yachay

Mais, depuis quelques années, l’Equateur est devenu un pays producteur de pétrole et des mines se développent provoquant des luttes entre industriels et Indigènes. Avec une population de près de 16 millions d’habitants et un PIB de 94 milliards de dollars, il extrait chaque année plus de 500 000 barils de pétrole brut par jour, représentant 60% de ses revenus. Cette politique extractive est majoritairement dirigée par PetroEcuador, l’entreprise nationale qui gère 53% de la production. Il est le plus petit membre de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) mais possède près de 3% des réserves de pétrole de l’Amérique latine et se place au rang de 28e producteur de pétrole dans le monde en 2013. Le cas de Yasuni peut être emblématique du laboratoire : d’un côté proposer le refus d’exploiter ce pétrole pour protéger l’environnement naturel et humain, contre une compensation financière internationale, ou de l’autre se lancer tout de même dans cette exploitation en construisant une raffinerie.

Correa a accepté de jouer la première carte puis les rentrées financières n’étant pas à la hauteur des promesses (10 millions de dollars au lieu de 100), il a joué la deuxième carte.

Cette présence du pétrole fait que comme tous les pays pétroliers le gouvernement a été frappé par la crise or comme au Venezuela les revenus du pétrole étaient là aider à la redistribution.

Les innovations de Correa ont été multiples avec la construction de Yachay (une Silicom Valley pour l’Amérique du Sud), la tentative de développement de la monnaie électronique, ou de la production et vente de médicaments génériques. En conséquence les élections dans le pays ont été suivie à la loupe dans tout le secteur. Alliance Pays a gagné sur deux points : la majorité à l’Assemblée nationale et la victoire totale sur un référendum interdisant l’usage des paradis fiscaux aux élus et employés du pays.

Alliance Pays n’a pas gagné la présidentielle (il a manqué 0,8%) et le second tour va se jouer dans un mouchoir de poche entre le banquier Guillermo Lasso et Lenin Moreno. Pour le moment le journal gouvernemental donne des sondages où la victoire de Moreno est évidente (journal El Telegrafo) mais les journaux de l’opposition font de même (El Comercio) or au premier tour les sondages les plus justes furent ceux de l’opposition.

Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet et le plaisir c’est de se dire que des personnes sont reparties en rêvant d’un voyage dans cet univers sans saison mais si plein de chaleur humaine. J-P Damaggio

P.S. Photos de Marie-France Durand : les musiciens de partout, les multiples portraits de Darwin, un avocatier de jardin, le guide qui nous a fait visiter Yachay.

Autres liens sur ce blog :

Equateur

Le bien vivre, Alberto Acosta

Journal d'Equateur (extrait), Charles de la Condamine (1751)

Simón Rodríguez, Jean-Paul Damaggio (2004)

La poésie de Ruben Dario, Paul Verdevoye, (1968)

15 ans après l'Equateur révolté, Jean-Paul Damaggio

Quito-Pérou, récit de voyage, J-P Damaggio, M-F Durand (2001)

Histoire du royaume de Quito, Juan de Velasco (extraits)

Discours d'Oswaldo Guayasamin

Musée Guayasamin de 2001 à 2016 J-P Damaggio

Oswaldo Guayasamin à Madrid

Sculptures sur bois à Ibarra, reportage photo

Equateur la révolte de janvier 2000 J-P Damaggio

Correa le 3 décembre 2006, J-P Damaggio

Série d'articles sur l'Equateur avant 2013, J-P Damaggio