YANIS VAROUFAKIS

Le journal équatorien, El Telegrafo publie un long entretien avec l'économiste grec dont je reprends ici deux questions finales. J-P Damaggio

ENTREVISTA / YANIS VAROUFAKIS 

 Que devons attendre de Donald Trump à la tête de la plus grande puissance économique et militaire de la planète? Quels sont les plus grands risques pour l'Europe et l'Amérique latine et quelles seraient les plus grandes opportunités?

Dans la campagne électorale, Trump a dénoncé l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan et pour réduire les accords avec les ennemis des États-Unis, plutôt que d'utiliser la force militaire. Mais une fois au pouvoir, il a désigné des figures qui signifient une orientation de la politique étrangère agressive tout en dénonçant la Chine. Si un véritable retrait de l'impérialisme (par exemple en Yougoslavie, l'Irak, la Libye, l'Afghanistan) se produit ça serait bon pour la paix mondiale. Mais sa position anti-Chine peut devenir une guerre commerciale, mais aussi une confrontation militaire dans la région du Pacifique au cours des quatre prochaines années ce qui peut rendre difficile la situation et complètement préjudiciable à la paix mondiale.

 L'Equateur termine un long cycle de stabilité et de croissance économique et politique, avec un fort accent en faveur du développement social sous la direction du président Correa. Quelle est votre opinion sur ce processus ?

Le succès de l'Equateur qui a revendiqué sa souveraineté économique a permis au gouvernement de prendre soin des citoyens les plus faibles, et est une grande source d'inspiration pour les progressistes à travers le monde. L'histoire sera aimable avec le président Correa pour cette réalisation. Pour la suite, le gouvernement de l'Équateur devrait chercher sa souveraineté monétaire, préserver la stabilité et la réalisation de la justice sociale. Il devra s'adapter au choc de la baisse de la demande chinoise pour les exportations latino-américaines, il devra en faire une priorité.