Le PWW a eu 19 sièges et les Verts 16 tandis que le SP (que j'aime bien) en a eu 14. De qui avez-vous entendu parler aux infos ? Le PWW de l'extrême-droite et le VVD 31 députés ! Les autres rien alors qu'ils ne sont pas loin !

 Le SP perd un siège mais dans une configuration nouvelle car cette fois une coalition précédente ne s'est pas maintenu, chaque parti étant présent sous ses couleurs. Ainsi apparaît clairement que le PvdA (le parti équivalent au PS) est largement derrière (9 sièges, il en perd 29 !) le SP (parti équivalent à France insoumise) avec donc 16 sièges. Sans que pour autant le SP puise bénéficier de l'effondrement du PvdA. J-P Damaggio

 

Voici une présentation du SP sur Wikipédia à partir de 2002 moment auquel je me suis intéressé pour la premier fois à ce parti.

"Aux élections législatives de 2002, il change son slogan en « Stem Voor » (« Votez pour ») et est le seul parti de gauche à gagner des sièges, en doublant presque sa représentation (+4). Il conserve ce résultat aux élections législatives de 2003, augmentant même sensiblement son nombre de voix (+50 000, 6,3 % des votants), mais n'obtient pas les résultats que les sondages lui prédisaient (16 % et 24 sièges), victime du « vote utile » en faveur du parti travailliste (PvdA) qui avait de grandes chances de remporter les élections. Si les travaillistes progressent fortement (27,2 % +12,6), le CDA réussi à se maintenir (28,6 %, +0,7) et remporte l'élection.

Aux élections européennes de 2004, le SP remporte 6,97 % (+1,93), et obtient un second député européen, Kartika Liotard.

Lors du référendum sur la Constitution européenne, le SP est le seul parti de gauche au parlement à se prononcer pour le non. Durant cette période, le SP gagne des soutiens, mais retombe légèrement après le référendum.

Les élections municipales de 2006 sont un nouveau succès pour le SP, dont le nombre de sièges est plus que doublé (+176).

Les élections législatives de 2006 marquent encore une forte poussée du SP, qui avec 1 624 349 voix et 16,6 % (+10,3) voit sa représentation au seconde Chambre presque triplée (25 sièges, +16) et devient le troisième parti politique néerlandais derrière le CDA et le PvdA. Le SP est considéré comme le principal vainqueur de cette élection, et sa tête de liste, Jan Marijnissen, est perçu comme le cerveau de ce succès. À cette occasion, le SP aurait pu espérer entrer au gouvernement au sein d'une coalition CDA-PVDA-SP, mais les négociations échouent pour diverses raisons — notamment du fait que le premier ministre Balkenende ne voulait pas vraiment participer à une coalition avec deux partis socialistes.

Aux élections provinciales de 2007 le SP marque la plus forte progression de tous les partis, avec un gain de 54 représentants des États provinciaux, soit un total de 832. Par voie de conséquence, le SP remporte 11 sièges (+7) à la première Chambre (chambre haute du parlement néerlandais).

Aux Élections européennes de 2009, le SP stagne autour de 7 %, et conserve ses deux députés malgré la baisse générale du nombre de députés néerlandais (-2).

Les élections législatives anticipées de 2010 marquent en revanche un reflux du SP, avec 918 150 voix et 9,9 % (-6,7). Le SP perd une dizaine de sièges (15 élus) dans une campagne axée sur la baisse des dépenses publiques, dans laquelle il proposait lui-même des mesures visant à réduire les dépenses publiques (baisse du budget de la défense, augmentation forte de la fiscalité), tout en dénonçant le libéralisme économique du CDA, du PvdA et du VVD.

Ce reflux se confirme avec les élections provinciales de 2011, où le SP perd au niveau national 4,6 points et 26 représentants, pour un total de 57 élus. Mécaniquement il perd également 3 sièges à la première Chambre.

Cependant, devant la forte chute de popularité du PvdA à son profit, selon un sondage Maurice de Hond (nl) de janvier 2012, si des élections législatives étaient tenues à cette date, le PS remporterait 32 sièges et deviendrait, pour la première fois de son histoire, le plus grand parti néerlandais."

 

(aux dernières européennes il fait mieux que le Front de Gauche en France avec presque 10% des voix.)