Tout commence par cet éditeur exceptionnel P.J. Oswald dont je rêve que quelqu’un puisse en écrire l’histoire. A Montauban en 1973, la Librairie Le Scribe avait la collection de P. J. Oswald et c’est là, ma première rencontre avec Vallejo.

1 - Espagne, éloigne de moi ce calice ; traduction Claire Céa, P.J. Oswald, 1963, 1973 (à la fin trois hommages à Vallejo : Ballesteros, Simor, Neruda)

2 - Los heraldos negros, Losada, 1981 (éditeur argentin) (acheté à Girona)

3 - Trilce, Edicion Julio Ortega, Catedra Letras Hispanicas, 1991 (acheté à Girona)

4 - Poemas en prosa, Poemas humanos, Espana, aparta de mo est caliz, Edicion Vélez, Catedra Letras Hispanicas, 1994 (acheté à Girona)

 5 - Vallejo, vida y obras (Brochure achetée au Pérou)

6 - César Vallejo, poeta nacional y universal, Amaru editores, 1994 (acheté au Pérou)

 7 - Tungstène (traduction Nicole Réda Euvremer, Le Temps des Cerises, 2011

8 - Poésie complète 1919-1937, traduction Nicole Réda Euvremer, Flammarion, 2009, (acheté Librairie de Sarrant)

 

Comoedia 12 juillet 1931

 Sur cette revue j’y ai croisé Cladel et à présent cet article sur Vallejo signé P.L. peut-être Paul Louis. J-P Damaggio

 « TRILCE » OU LE DADAÏSME AU PEROU

Vous chercherez vainement le mot Trilce dans les dictionnaires espagnols. Il n'y figure point. C'est un mot qu'a forgé de toute pièce M. César Vallejo, et qu'il a donné pour titre à un recueil de poèmes. M. César Vallejo est un homme curieux. Des cheveux noirs. Un visage expressif. Des yeux très enfoncés au-dessus des pommettes baissées. César Vallejo a inventé le surréalisme avant les surréalistes. On ne l'a d'abord pas pris au sérieux en Espagne.

Péruvien, il publia son premier livre en 1919. Los Heraldos negros (Les Héraux noirs). En 1922 il en publie un second toujours au Pérou Trilce. C’est ce livre que la Cie Ibéro-Américaine d'Editions vient de rééditer à Madrid, les jeunes générations espagnoles y trouvent une substance neuve.

M. César Vallejo a, en outre, publié cette année deux ouvrages en prose : un essai sur les Soviets : Russie 1931, et un roman Tungstène.

Nous avons sous les yeux en écrivant ces lignes, le livre Trilce. Cet ouvrage qui sera assez prochainement traduit en français, précédé d'une préface de José Bergamin d'un avant-propos de Gérard Diego. M. Gérard Diego a écrit un avant-propos en vers et les deux premiers mots du premier vers sont «Albert Samain » ce qui nous touche mais n’est pas particulièrement dadaïste.

M. César Vallejo semble chercher un mode d'expression nouveau. Il demeure sensible à l'harmonie et affectionne les heurts de mots sonores Ses poèmes sont courts. La disposition typographique n'est pas trop révolutionnaire. Evidemment, quand il écrit le mot qui signifie : hampe d'un drapeau ; il place les lettres verticalement, pour donner l’idée de la hampe qui se dresse dans l’air. C’est assez puéril. Mais en fait de dadaïsme, chez nous, on a vu pire ! Il est néanmoins curieux de signaler, avec ce livre de M. Vallejo, le premier essai de dadaïsme au Pérou, à l’œuvre où à Madrid on le découvre. P. L.