portolès

La Dépêche d’hier, au nom de la démocratie, s’insurge du sort fait au candidat du PCF, dont France 3 n’a pas retenu la participation à un débat télé. Article bien venu sur deux points : vive la démocratie qui donne la parole à tous, et non à France 3 qui ne le fait pas.

Article qui en aura amusé plus d’un sur deux points : La Dépêche est coutumière du fait qu’elle dénonce, et elle le fait pour le PCF mais pas pour le candidat EELV et les autres..

En Midi-Pyrénées France 3 veut faire contrepoids au pouvoir de La Dépêche ce qui parfois met en colère J-M Baylet surtout quand cette obsession conduit à des informations erronées. Sauf que dans les deux cas ce sont les mêmes méthodes bien peu démocratiques qui sont usées.

En tant que militant anti LGV j’ai pu vérifier le phénomène simple : quasi interdiction d’accès des opposants, aux deux médias sur un sujet pourtant d’ampleur considérable !

L’actuelle campagne électorale conduit au même constat.

D’une part La Dépêche, maltraite de mille manières, la présence de France Insoumise, parfois à la surprise de membres novices de ce mouvement. Pas seulement en TetG mais partout dans le Sud-ouest. A Tarbes ils ont occupé les locaux !

Pour la circonscription phare de Baylet, le jour de la présentation des candidats, celui de France insoumise a été totalement « oublié » sur la version internet (la version papier compense par la photo). Au même moment, dans le Tarn, il est sur la même ligne que le candidat PCF bien en vue. Mais je ne vais pas ici allonger la liste des « erreurs ».

Il est donc particulièrement comique de voir crier à un crime de lèse-démocratie de la part d’un journal qui n’a de la démocratie qu’une version lamentable. Il suffit de demander au président du Conseil départemental, au sénateur de Caussade quand le ministre Baylet s’exclame en public à Caylus qu’il ne donnera pas un sou à la ville de Caussade etc.

Des amis me répondent qu’il existe les réseaux sociaux pour répondre et qu’à la limite ils ont plus de poids que La Dépêche. Pour preuve, malgré La Dépêche, Baylet a perdu son poste de sénateur et de président du Conseil départemental. C’est sous-estimer l’effet social global sur la population. L’attitude de France 3 par exemple est marquée par ce traitement de la démocratie. Et surtout les citoyens dans leur majorité perdent l’accès à des infos non politiques importantes, et s’habituent à penser à partir de La Dépêche, y compris sans la lire ! Mais ça serait l’objet d’un autre article. J-P Damaggio