Si la Seine St Denis a élu des députés communistes ou France Insoumise, le Val de Marne, autre place forte du communiste historique, s'est plus distingué en faveur de Macron.

Déjà en 2014, aux municipales, la victoire de l'UMP à Villejuif, ville communiste depuis 68 ans, en avait surpris plus d'un. Si bien que peu après, le maire décida de rebaptiser la place Georges Marchais en place Georges Mathé.

A ce moment là la surprise est venue d'un conseiller de Marine Le Pen qui s'est insurgé contre cette décision. Bertrand Dutheil de La Rochère a cru important de rappeler : “En son temps, Georges Marchais a toujours défendu le ‘produire français’. Il a aussi dénoncé, dès la fin des années 1970, les conséquences de l’immigration de masse sur les salaires et la protection sociale.”

En novembre 2013, en visite à Champigny, Jean-Marie Le Pen déclarait déjà : “Tout n’est pas mauvais chez Georges Marchais. S’il était encore vivant, il voterait peut-être Front national”…

 Or si un parti fut en pointe pour insulter Georges Marchais ce fut bien le FN des années 1984-1990 quand le PCF était présenté comme l'introducteur des chars soviétiques à Paris.

Le FN tente en permanence d'écrire une histoire de France abstraite à laquelle il est vital de répondre par l'exact rapport des forces loin des schémas simplistes.

 Pour en venir à 2017 que s'est-il passé dans cette circonscription.

PCF 8,7 % : FI 16,3 % et En Marche 33%. Au second tour Albane Gaillot d'En Marche a battu le candidat FI, Djamel Arrouche.

A Villejuif : PCF 12%, FI 17%, En Marche 32%.

Quant au FN malgré sa gymnastique douteuse en défense de Marchais, il a fait 7% à Villejuif. J-P Damaggio