Juquin

Le grand défi ou le combat du renouveau

André Lajoinie

 Le_grand_défi_ou_le_combat_du_renouveau

Dans cet article des Cahiers du communisme de février 1983, André Lajoinie célèbre le livre de Pierre Juquin, Produire français, le grand défi. Deux ans après, les deux hommes seront dans des camps diamétralement opposés. Car entre temps, en 1984, la montée du FN déstabilise un PCF qui est sorti fortement affaibli de sa co-gestion du système avec le PS.

Ce livre sur le « produire français » tente de théoriser cinq ans de luttes du PCF sur ce sujet. Relire le livre et l’article aujourd’hui permet de pointer quelques phénomènes majeurs :

1) « Entreprendre la transformation socialiste de la société française, c'est la question pratique de la période historique actuelle. » Non, la transformation socialiste de la France n’était pas à l’ordre du jour. Cette erreur d’analyse court tout au long du XXème siècle ! Et ses répercussions étaient immenses.

2) "changer la gestion" Etait le mot d’ordre des économistes communistes de l’époque. Peut-on changer la gestion quand la gestion est entre les mains des propriétaires des moyens de production ?

3) "Et la seule ambition des communistes, c'est d'être les meilleurs à l'ouvrage". Unitaires pour deux, les communistes veulent être les meilleurs mais ils sont deux fois sous le feu de leurs adversaires !

4 ) « produire français. Une idée qui, depuis que les communistes l'ont lancée, a fait son chemin » Encore une fois l’optimisme va jouer des mauvais tours au PCF. Non l’idée n’a pas fait son chemin mais au contraire a été ridiculisée. L’anticommunisme n’a jamais été rationnel.

Aujourd’hui, le produire local, les circuits courts suscitent la bienveillance. Mais oui, c’est naturel de manger ce qui est produit localement ! Quand François Ruffin produit un documentaire sur le transfert en Pologne de la fabrication du sèche-linge d'une enteprie française il est même célébré !

D’une part aujourd’hui, la mondialisation est faite et les critiques ne peuvent jouer que sur la marge et d’autre part, l’action du PCF avait la prétention, à juste titre, d’être une alternative politique globale quand aujourd’hui il s’agit de bonnes volontés locales. Ce n’était pas le « produire français » que les adversaires voulaient ridiculiser, mais le PCF lui-même. Et l’arrivée du FN allait faciliter l’opération. Sauf qu’à relire aujourd’hui le livre de Juquin, on s’aperçoit sans peine qu’il fourmillait d’analyses majeures.

Est-ce à dire que le PCF avait raison ? Non car l'articulation ne pouvait et ne peut être être entre produire français et pas fançais. D'ailleurs le livre l'indique mais ce n'est pas ce que le slogan retient. "Comment produire en France ?" aurait peut-être été moins incompris. J-P Damaggio