russia

 Que les intellectuels italiens aient fait beaucoup plus que les Français en faveur de Vallejo ne peut me surprendre. Ceci étant chacun admet que les effets dans la société elle-même n’ont pas eu les résultats escomptés. Mais faisons tout de même l’inventaire des études vallejiennes.

1 – 1952-1957 : les débuts

Oreste Macri a évoqué le premier Vallejo dans l’introduction de son livre : Poesia spagnolo del novecento (Parme 1952).

La même année Raffaele Spinelli publie un article : César Vallejo e la poésia indignénista del Peru » (America latina n°3)

1954 : Francesco Tentori Montaldo publie : « Un caso letterario complesso e quasi aconosciuto : el poeta peruviano César Vallejo avec au même momento la traduction de deux poésies par Oreste Macri.

1957 : Francesco Tentori Montaldo publie la traduction de 24 poèmes. Dario Puccini traduit également des poèmes avec cette introduction : César Vallejo « cholo ribelle ».

favola

2 - 1959-1971 : les grands travaux

Giovanni Meo Zilio publie et étudie un poème de Vallejo : Capitaluacion.

Travail qui a eu diverses publications.

Ensuite le même produit une immense étude : Stile e poesia in César Vallejo.

Le 12 juin 1964 Roberto Paoli publie un article : sia amato chi calza sarpe rotte, quando piove. Un poème et des notes dans Paese-sera Libri.

Paoli a fait beaucoup plus et, pour son travail, il a été en contact avec Georgette, la veuve de Vallejo  qui vivra plus longtemps. Pour la petite histoire Vallejo vécut 46 ans et sa veuve lui a survécu pendant 46 ans.

En publiant Poésie, di César Vallejo, Paoli a obtenu les félicitations d’un autre grand admirateur de Vallejo dans le monde anglo-saxon : James Higgins.

En 1965 Marco Ramat publie : Un poeta della Resistenza spagnola.

Puis en 1966 ¨Paoli publie : Alle origine di Trilce : Vallejo far Modernismo e Avanguardia.

spagna

Giovanni Meo Zilio va diriger des travaux réalisés par Xavier Abril, Ignacio Chavez, G. D’Angelo et Roberto Paoli.

En 1967 Antonio Melis traduit des chapitres du livre Rusia en 1931 (chap 1, 10, et 12).

Giuseppe Bellini évoque les rapports entre Quevedo et Vallejo.

Des traductions de poèmes de Vallejo vont être réalisées par Marcelo Ravoni, Antonio Porta, et Francesco Tentori Montaldo.

 3 1972-1980 : enfin les traductions complètes

Un dictionnaire est publié à Florence en 1977 un livre unique : el diccionario de concordancias y frecuencis de uso en le léxico poético de César Vallejo par Ferdinando Roselli et Alessandro Finzi.

Il donnera lieu à de nombreux débats et compléments d’études.

En 1978, Giovanni Battista de Cesare publie : Analisi delle variante nella poésia giovanile di César Vallejo.

En 1979 Roberto Paoli se distingue à nouveau : traduction du premier volume des poésies complètes.

Et jusqu’en 1976 l’Italie aura toutes les poésies de Vallejo en italien.

tungsteno

Giovanni Meo Zilio ne sera pas enthousiasmé par cette traduction. Voir : « Vallejo in italiano. Note di tecnica della traduzione e di critica semantica.

15 mars 1974 sur La Stampa : Angela Bianchini : Vallejo poeta meticcio.

1974 sur Michelangelo : Ferdinando Roselli : Nota sul colore nella lirica amorosa di César Vallejo.

Deux après, le même publie un libre étrange : Elementi cromatici e fotocromatici nella poesía di César valljo.

 Je me limite à cette période de précurseurs pour évoquer la présence de Vallejo en Italie. J-P Damaggio

 En passant par Vallejo, je note ce site italien agréable : http://www.cultweek.com/

Sur le bord les dernières publications italiennes sur Vallejo

Et en conclusion un poème en trois versions : espagnol, français, italien (Alessandro Baricco) 

je_suis_né_