En septembre va sortir un nouveau livre de Salman Rushdie. Je viens de l'apprendre sur un journal mexicain (car Trump y est ridiculisé) qui fait référence à un article dans un journal français, PhilosophieEn fait je trouve l'entretien avec Rusdhie sur L'Obs mais il n'est accessible qu'aux abonnés donc je cherche ailleurs et je trouve cette note sur Le Devoir. Je suis d'accord avec Salman Rushdie sauf sur un point. Je lis : "Et ce qui est inquiétant, c’est d’entendre « Marine Le Pen [la candidate radicale impliquée dans la dernière course électorale en France] analyser l’islamisme avec plus de justesse que la gauche »".

1 - A la rédaction du journal : Marine Le Pen était la candidate d'extrême-droite et non pas "radicale".

2 - A Salman Rushdie : Marine Le Pen prétend en effet combattre l'islamisme ce que la gauche ne fais pas mais il faudrait que l'écrivain (ce qui vu de loin est difficile) demande à Marine Le Pen ce qu'elle appelle l'islamisme et il verrait qu'entre sa définition et cette de Marine Le Pen il y a une grande différence. Lui voit à juste titre la radicalisation générale de l'islam tandis que Marine Le Pen voit le racisme anti arabe ancien et moderne en France qu'elle récupére sans analyse mondiale du phénomène. J-P Damaggio

 

L’aveuglement de l’Occident face au djihadisme inquiète Salman Rushdie

9 juin 2017 |Fabien Deglise         | Livres

Selon Rushdie, le dijhad n'est pas ce que des théoriciens qualifient de révolte nihiliste qui prendrait l'islam comme véhicule utilitaire.

Pour le romancier Salman Rushdie, il faut être « stupide » pour ne pas le voir : les origines du djihadisme, cette guerre sainte de plus en plus violente pour propager et défendre l’islam, y compris à grands coups d’attentats dans les rues de Londres, de Bruxelles ou de Paris, se trouvent bel et bien dans la radicalisation de ce courant religieux. Et l’aveuglement de la gauche occidentale, pour éviter la stigmatisation des musulmans, est depuis toujours contre-productif, contribuant même à l’assombrissement du monde, estime l’auteur de Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits (Actes Sud).

 « Depuis 50 ans, l’islam s’est radicalisé », résume Salman Rushdie dans une entrevue-fleuve accordée à L’Obs en marge des Assises internationales du roman de la Villa Gillet à Lyon, en France, auxquelles il a pris part cette semaine. « Quand les gens de Daech se font sauter, ils le font en disant “Allahou Akbar”, alors comment peut-on dès lors dire que cela n’a rien à voir avec l’islam ? Il faut arrêter cet aveuglement stupide. »

 L’homme, qui depuis 1989 vit sous le coup d’une fatwa édictée contre lui par l’ayatollah Khomeini dans la foulée de ses Versets sataniques, livre jugé blasphématoire, dit comprendre les raisons du déni qui vise à éviter de tomber dans l’amalgame d’une minorité d’islamistes radicalisés avec la majorité qui ne l’est pas. « Mais, précisément, pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter », ajoute-t-il.

 Équilibres précaires

 Dans une ère ou « tout peut arriver » et où « quelque chose d’étrange est en train de se passer dans le monde », dit-il, l’appel à la lucidité serait à prendre très au sérieux. « Lorsqu’une déviance grandit à l’intérieur d’un système, elle peut le dévorer », résume le romancier en rappelant que « la plupart des musulmans ne sont pas des extrémistes », tout comme « la plupart des Russes n’étaient pas des partisans du Goulag » et que « la plupart des Allemands n’étaient pas des nazis ». Mais il ajoute que cela n’a pas « empêché l’Union soviétique et l’Allemagne hitlérienne d’exister ».

 Selon lui, le djihad n’est pas ce que plusieurs théoriciens du présent qualifient de révolte nihiliste qui prendrait l’islam comme véhicule utilitaire. Et ce qui est inquiétant, c’est d’entendre « Marine Le Pen [la candidate radicale impliquée dans la dernière course électorale en France] analyser l’islamisme avec plus de justesse que la gauche », c’est aussi « voir que l’extrême droite est capable de prendre la mesure de la menace plus clairement que la gauche », et c’est pour cela qu’il tient aujourd’hui à mettre le monde en garde, car « cela va poser un problème à l’avenir, à moins que nous ne changions notre façon d’appréhender les choses ».

 Salman Rushdie, qui vit aujourd’hui aux États-Unis, où il dit se sentir « proche du réveil de la gauche américaine » qui vient d’entrer en résistance, est par ailleurs affligé par la présidence « calamiteuse » de Donald Trump, qui, « même s’il commet une faute grave par jour », continue d’être adoré par son électorat. « Aux États-Unis, les barrières morales qui empêchaient les pires des comportements ont sauté, dit-il. Les tribunaux, les médias sont aussi menacés. […] Plus le président scandalise le monde, plus ceux qui ont voté pour lui l’apprécient. Il a été élu pour détruire l’ordre mondial, et c’est ce qu’il fait », dit-il, appelant désormais le reste du monde à ne plus le laisser faire, et ce, en gardant avant tout les yeux bien ouverts sur tout, y compris cet « obscurantisme qui grandit »