Artemisia-Absinthium

L’alambic est minuscule : pour 60 litres de produit.

Faute de quantité, le jeune maître de la petite distillerie joue la qualité.

Pour la gloire d’un produit tant décrié !

Il en connaît l’histoire : celle d’une lutte à mort entre le lobby du vin et les rois de l’absinthe.

Le phylloxéra a fait le bonheur de l’absinthe mais un bonheur qui va finir par lui nuire ! Surtout quand les vignerons pourront relancer la production de vin !

Comment détrôner ce substitut du vin qui est devenu l’alcool le plus populaire du pays ?

Les hommes politiques ne veulent pas s’y risquer sous peine de perdre toute chance de réélection.

Ils laissent faire les lobbys du vin alliés aux lobbys catholiques car si le vin a quelque chose de sacré, ce n’est pas le cas de l’absinthe.

Après d’autres pays la France va connaître, en 1915, du jour au lendemain, la prohibition totale de l’absinthe et de tout alcool anisé. L’ultime prétexte est connu : l’absinthe dissuaderait les soldats de monter en ligne !

Les dégâts de l’absinthe sont incontestables mais ils sont souvent exagérés et proviennent de mélanger douteux. Jarry y mettait de l'encre !

De plus, partout, dans les pays au capitalisme audacieux, l’alcoolisme fait des progrès énormes avec ou sans absinthe. 

 Aujourd’hui, les esprits devenus plus calmes, plus scientifiques peuvent démontrer sans peine que l’absinthe n’est pas plus nocive que le Ricard. Elle est redevenue commercialisable, sous contrôle de l’Etat, depuis 2001 mais souvent l’information n’est pas parvenue jusqu’au consommateur.

 La production d’absinthe venant de Suisse elle s’est surtout implantée à Pontarlier où les usines employaient des milliers d’ouvriers. Et l'homme que j'écoute est intarissable sur le sujet. Il a raison la mise en perspective historique éclaire tant de domaines.

Elle est la première boisson à l’anis vert (il faudrait voir par rapport à l’Espagne par exemple) et à ce titre toute consommation de Ricard devrait entraîner une pensée pour les inventeurs premiers.

Tout ça à cause de deux plantes et quelques autres pour ce jeune amoureux de l'absinthe consommée modérémment. JP Damaggio