lluis llach 2017

J’ai suivi à la télé le débat sur l’indépendance au Parlement catalan. Au moment du vote plusieurs motions des diverses oppositions sont votées et donc rejetées, en appuyant sur le bouton électronique. Puis arrive le vote décisif, celui qui doit tourner une page de l’histoire et là, le représentant des indépendantistes demande la parole pour proposer le vote à bulletin secret. Pour les motions de l’opposition le vote était clair, et tout d’un coup il deviendrait secret ?

Le représentant du Podemos catalan demande à intervenir. Il sort du vide et s’avance devant le micro. Je dis « il sort du vide » car à aucun moment les caméras de TV3 ne se tournent vers les bancs de ce courant donc il s’avance devant la tribune centrale pour dire son étonnement. Quoi pour une décision aussi historique il faudrait ne pas assumer son vote !

La représentante de la CUP (indépendantistes d’extrême-gauche) reconnaît que l’appel au vote secret n’est pas dans sa culture mais sur le point en discussion, quand on sait la répression que subissent les indépendantistes, elle le justifie.

Donc au moment du vote le représentant du Podemos catalan montrera son vote NON aux caméras.

Ce qui est amusant c’est qu’au moment du dépouillement un vote a été considéré blanc puis deux votes plus tard la présidente qui dépouille rectifie : « Ce n’est pas un vote blanc, c’est un vote OUI mais le OUI est écrit si petit qu’on ne l’avait pas vu. »

 Pourquoi ce vote à bulletin secret ? Les Indépendantistes craignaient-ils de ne pas avoir la majorité ?

 Dans tous les cas la séance à ce Parlement a révélé la fragilité de la majorité. Ceci étant le vote est intervenu dans un Parlement légalement élu et élu avec cet objectif, en conséquence la riposte par l’article 155 est du genre idiot : « Circulez il n’y a rien à voir » avec les suites dramatiques qui s’annoncent.

J-P Damaggio

P.S. : Emouvant de voir s'avancer à son nom, le député Lluís Llach i Grande qui devait être très ému en glissant dans l'urne le mot SI (Oui).