Les Indiscrétions de la DDM de ce dimanche n'y vont pas par quatre chemins : "Front national une bataille fratricide. Deux responsables du Front national de Moissac lorgnent le même poste au comité central du Front national, s'opposent pour l'élection au comité central du FN."

Ne disons rien sur le style car je ne fais pas mieux…

Pour cette fois le journaliste ne mentionne pas sa source et on comprend quand on va sur le site de Politic circus, à l'origine de cette découverte.

Avec Politic Circus je partage le souci de bien étudier localement le FN mais je n'en tire pas les mêmes conclusions. Pour moi, la vie locale de ce parti est sans incidence sur une situation qui est le seul produit du discours national. Si Romain Lopez et Thierry Viallon posent pour la photo à chaque distribution de tracts, je soupçonne que c'est surtout pour montrer à la direction du parti leur activisme, et gagner ainsi du galon. Trente ans d'études locales de ce parti me prouvent qu'il en est ainsi : la marque FN l'emporte sur l'action de membres interchangeables.

D'ailleurs Thierry Viallon en est la preuve puisqu'il postule à ce poste de membre du Comité central du FN… pour le Tarn ! (fait que le journaliste de La Dépêche ne reprend pas pour éviter de le ridiculiser vu que les deux sont en si bons termes).

Dans cette histoire locale du FN il y a le cas Valérie Rabassa marginalisée par Romain Lopez comme il veut marginaliser Patrice Charles.

Sur le tweet de cette dernière toute référence au FN a disparu depuis longtemps : elle préfère citer Marianne, Le Figaro, Les Echos, The economist que relayer Marine Le Pen (pour Romain Lopez elle ne semble pas le connaître). Une expérience décevante que son passage par le FN ? (1)

Or Patrice Charles et Valérie Rabassa sont plus à l'image du FN de demain auquel aspire Marine Le Pen !

Mais la direction du FN préfère des professionnels de la politique comme Romain Lopez ou Thierry Viallon car ils sont plus à sa merci. Des personnes qui ont leur propre emploi, leur propre image de marque risquent à tout moment de faire preuve d'indépendance par rapport aux ordres. J-P Damaggio

1 - A ce jour je peux préciser que Valérie Rabassa n'est membre d'aucun parti politique. Voici le message justificatif :

"Cher Monsieur Damaggio,

Suite à votre article en date du 5 décembre, je me permets de vous signaler que je ne suis encartée actuellement dans aucun parti politique. J'ai certes appelé à voter pour Louis Aliot lors des dernières régionales de 2015 et n'ai aucun regret. Je n'ai cependant fait aucune communication officielle en faveur d'un ou d'une candidate tant pour les législatives que pour les présidentielles 2017. Je me considère comme une simple élue municipale d'opposition à Montech, totalement libre de ses choix. Je ne manquerai pas de vous faire savoir si j'évoluai dans ces derniers. Cordialement, Valérie Rabassa"