Xavier Domènech

L'élection du 21 décembre en Catalogne prend une tournure internationale en révision des élections européennes de 2019. La bataille fait rage. Manuel Valls a décidé de se placer du côté de Ciudadans mais il s'en défend. Il participe aux meetings où il est invité et donc avec le PSC comme avec Ciudadans mais la presse ne s'y trompe pas. La montée en puissance de ce parti qui aujourd'hui avait à sa tribune à la fois Vargas Llosa et Manuel Valls compte le Français parmi les soutiens à Ciudadans qui est en train de laminer le PP.

 De son côté Mélenchon se trouve aux côtés d'Ada Colau, la maire de Barcelone et le groupe présent avec Podem condtui par Xavier Domènech (sur la photo). Il s'est retrouvé à la tribune avec l'écrivain britannique Owen Jones qui devient une figure d'une autre gauche en Grande Bretagne. La França Insubmissa ils disent en catalan. Ceci étant ce meeting dans un quartier populaire de Barcelone n'a pas rassemblé la foule : 200 personnes environ. Owen Jones dit exactement la même chose que Catalogne en commun : je ne suis pas pour l'indépendance de l'Ecosse mais que les Ecossais aient le droit de décider.

 Mélenchon a parlé en castillan, salué le drapeau républicain présent dans la salle et rappelé l'importance du scrutin pour l'Europe. Il a insisté pour qu'on ne confonde pas le nationalisme catalan et celui qui s'impose en Hongrie et Pologne. Même pour qui ne connaît pas le catalan cette phrase est facile à comprendre :  "Jo sóc un vell jacobí, ho saben?", ha ironitzat. Mais avec le cas Corse Mélenchon avait précisé qu'il ne faut pas confondre le jacobinisme et la version bonapartiste qui viendra après.

De son côté Xavier Domènech a dénoncé Manuel Valls pour son soutien à Ciudadans tout comme il a critiqué l'appui d'ERC à Puigdemont pour ses déclarations en faveur d'Israël qu'il a présenté comme un modèle.

L'appel est en faveur d'un blog progressiste qui pourrait unir, derrière ERC, son parti et le PSC qui s'est distingué du PSOE.

 Exceptionnellement Naomi Klein a décidé d'intervenir en faveur de Catalogne et commun (jusqu'à présent elle n'avait soutenu aucune force politique) et Varoufakis s'est aussi uni à l'entreprise alors qu'à la présidentielle française il a soutenu Benoit Hamon. Il manquait des Italiens perdus dans leurs pays. JPD

catalogne