Depuis 2012 le goupe Valorem (par sa filiale la société Garonne et Canal énergies) tente d'implanter six éoliennes sur les communes du Tarn-et-Garonne que sont Montech, Finhan, Montbartier. Le projet vient de recevoir de la part de la préfecture un coup d'accélérateur qui a dû réjouir les initiateurs puisque l'enquête d'utilité publique (EUP) vient d'être lancée du 3 janvier au 5 février 2018. Une telle enquête va concerner 16 communes autour des éoliennes.

Grâce à la LGV nous avons acquis une certaine compétence en la matière. Sur Montech les opposants à une usine de méthanisation aussi. En conséquence j'insiste : qu'on soit pour, contre ou ignorant ce moment démocratique est capital.

La Dépêche qui a suivi les réunions d'information ne note qu'une opposition : la maison la plus proche des éoliennes de Montech ne va-t-elle pas perdre de sa valeur ? Bien sûr et c'est la raison d'être des EUP : au nom des intérêts supérieurs de la collectivité comment dédommager correctement les intérêts individuels. En l'occurence il n'y a ps besoin d'expropriations mais des dédomagements.

Sauf que la première question toujours évitée dans de tels débats c'est le rapport entre les avantages économiques et ses inconvénients. Je suis favorable aux énergies renouvelables (donc par principe au développement des éloniennes) et l'utilisation du vent n'est pas nouvelle en la matière. Il fut un temps où le Tarn et Garonne était parsemé de moulins à vent. Tout comme je suis favorable à l'utilisation des déchets pour faire du gaz et donc de l'énergie mais c'est justement à Montech qu'un projet mal ficelé a été proposé et rejeté.

Pour le moment l'entreprise Valorem indique que son projet est bien reçu : "Il est vrai qu'on a associé les communes dès le départ." C'est la moindre des choses et les municipalités (quand on lit commune il faut comprendre municipalité et peut-être même seulement le maire) espérant gagner quelques avantages financiers sont toujours pour.

Des études ont concerné la qualité du vent, l'environnement et la qualité des matériels (les pales à 200 m) permet d'annoncer une production électrique de 38 600 MWk. Pour se faire comprendre l'entreprise indique "soit la consommation électrique de 14 000 foyers environ ou 55000 habitants" mais ajoute entre parenthèse "sans le chauffage et l'eau chaude". Nous le savons, dans de tels projets la tendance est à valoriser les avantages pour amoindrir les inconvénients.

Et enfin, ce qu'on ne dit jamais c'est l'équilibre financier du projet. Quand on constate que la Région vient de lancer un plan d'aide aux énergies renouvelables comment s'établit le rapport entre subventions et investissements ? Ensuite qui paie le démantèlement des dites éoliennes ne fin de vie ? JPD