Prix du démantèlement d'une éolienne

 Je suis pour la défense de l'éolien mais faut-il encore que ce ne soit pas surtout une source de bénéfices pour des entreprises au détrimetn de l'intérêt général d'où cette première question que les opposants à l'éolien peuvent utiliser et donc à laquelle les pro-éoliens doivent répondre.

Pour l'EUP j'ai rencontré deux commissaires à Finhan pour un échange fructueux. Par exemple je voulais savoir à combien était facturé le démantèlement. J'ai appris à : 50.000 euros. Et voici les documents.

 P. 12 et 123 Tome 2 étude d'impact

"L’arrêté ministériel du 26 août 2011[1] fixe, en fonction de l'importance des installations, les modalités de détermination et de réactualisation du montant des garanties financières qui tiennent notamment compte du coût des travaux de démantèlement. 

Le montant initial de la garantie financière est fixé de manière forfaitaire à 50 000 € par aérogénérateur et correspond à son démantèlement, à la remise en état des terrains et à l’élimination ou la valorisation des déchets générés. 

Cet aspect démantèlement est en permanence célébré :

➢ c’est une énergie démantelable : il faut deux journées pour monter une éolienne comme pour la démanteler au terme de son exploitation. Après le démantèlement, qui est compris dans les coûts d’installation, il n’y a ni trace, ni déchet et le site est remis en état ; (…)

➢ c’est une énergie productive : au cours de son exploitation, une éolienne restitue près de 100 fois l’énergie nécessaire à sa construction et à son démantèlement, ce qui en fait l’énergie renouvelable la plus performante ;

 Démantèlement du parc éolien et remise en état du site

La durée prévisionnelle d’exploitation du parc éolien est de 20 à 30 ans. Au‐delà de cette période, il sera démantelé. Chaque année le montant des garanties financières, est révisé, par application de la formule mentionnée dans l’arrêté du 26 août 2011.

 3.2. Coût du démantèlement

Le coût total du démantèlement est principalement constitué par le coût de location des engins de levage et par l’arasement de la partie supérieure du massif de la fondation. La décomposition du coût par grands postes est la suivante : - Structures de livraison : 2% ; - Éoliennes : 52% ; - Fondations : 20% ; - Plateformes : 26%.

Dans le cas du projet de parc éolien « Garonne et Canal », le coût du démantèlement s’élève à 300 000 euros.

Facile à compter 50 000 x 6 !

 

Et à présent la réalité, à partir de cet autre document :

Fédération Environnement Durable - 22 rue de la libération - 86480 Rouillé tel :05 49 43 91 73 Bureau Paris 3 rue des Eaux Paris 75016 - tel : 06 80 99 38 08 Site web http://environnementdurable.net jlb@environnementdurable.net 02/03/2008

Coût de démantèlement des parcs éoliens

Une association du Massif Central a obtenu un devis d’une société de démolition industrielle et de récupération de matériaux pour évaluer le coût du démantèlement d’une centrale éolienne. Cette société est agréée pour réaliser ce type de travaux, elle possède le certificat ISO 14 001 correspondant. Cette estimation est donc entièrement crédible. Le devis se monte à 900 000 € pour une éolienne de 3MW Pour des machines de 1,5 MW comme à Ally, on peut compter 150 000 € de moins soit, tout de même, 750 000 € pour une éolienne. Pour la démolition d’un parc entier, le tarif peut être dégressif du fait de la présence de la grue de 700 tonnes sur le site. Ce devis ne compte pas le socle en béton indestructible. Il s’agit donc uniquement du démontage de la machine et du traitement des matériaux selon les normes réglementaires de sécurité et sanitaires. Le prix de revente des matériaux, conditionné et livré à l’acheteur s’élève à 60 000 euros environ, mais l’entreprise de démolition et de récupération en est propriétaire. Le coût est justifié principalement par : - L’utilisation d’une grue de 700 tonnes, de deux grues de 50 tonnes, d’une presse cisaille mobile. - Le maintien d’une équipe d’ouvrier le temps du déboulonnage, chalumage et cisaillage des parties métalliques - le conditionnement et la mise en décharge classe II des parties non récupérables (principalement les pales, soient 20 tonnes en matériaux non recyclables) - La prise en compte des aléas climatiques qui pour des raisons de sécurité peuvent retarder les travaux et donc immobiliser le matériel pour une durée indéterminée.

Conclusion : On comprend pourquoi les entreprises préfèrent louer les terrains que les acheter. Il est plus simple de verser 50 000 euros de garantis à la Caisse des dépôts et consignations que de s'obliger à ayer le démantèlement car si au bout de 30 ans l'entreprise a disparu le propriétaire a en charge ce démantèlement. Il aura encaissé un bon loyer mais à ses risques. J-P Damaggio



[1] En fait la référence est la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, les éoliennes relèvent du régime des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). On voit le temps qu'il a fallu pour arriver au décret qui est mentionné aussi ainsi : "Le décret n°2011‐985 du 23 Août 2011". Le 23 ou le 26 ?