Nous l'avons indiqué, dans un premier temps La Dépêche s'est faite l'écho assez favorablement du projet d'éoliennes mais aujourd'hui les indiscrétions évoquent Politic Circus et le collectif anti éoliennes.

La Dépêche m'incite donc à trouver le site du collectif que les commissaires enquêteurs m'avaient évoqué hier à Finhan.

On découvre donc que Eric LAGRANGE Délégué Parti libéral démocrate Tarn-et-Garonne est en pointe dans ce combat et on comprend mieux l'action importante conduite sur Cordes Tolosanes, projet qui n'a pas été évoqué par Politic Circus.

A lire l'argumentation on y retrouvre la prose classique des collectifs anti-éoliens qui, sans le dire, son pro-nucléaires.

Oui, les élus plutôt que de susciter le débat public préfèrent agir en catimini, ce que je désapprouve car or on ne développera des énergies renouvelables que si le débat est largement ouvert en particulier pour réduire les impacts des éoliennes.

La position de Eric Delagrange est porteuse de contradictions : d'un côté les dites éoliennes ne vont pas produire d'électricité et de l'autre les constructeurs-exploitants vont s'en mettre plein les poches. Avec les subventions ? Oui, mais sur 30 ans ça peut pas suffire car il faut tout de même les construire et les exploiter.

Voici ce qu'est pour lui un parc d'éoliennes : "On comprend facilement les réticences de l'élue à assumer les choix de la municipalité. Il faudrait en effet un cynisme époustouflant pour défendre comme une "alternative verte" des machineries industrielles de centaines de tonnes d'acier, plantées dans un magma de béton et lubrifiées aux huiles toxiques, le tout ancré sur de larges parcelles clôturées, bien plus proches du champ militaire que du "parc éolien" poétiquement vendu par ses partisans."

Un parc d'éoliennes comme un champ militaire ? Alors que dire d'une centrale nucléaire ? A partir de là même si adroitement il est dit que peut-être quelque part des éoliennes peuvent être utiles à la lecture de cette description on comprend que l'alternative énergétique par l'éolien est nulle et non avenue.

 Quant au copinage entre la mairie de Montech et l'entreprise c'est aller un peu vite que de réduire Valorem au lien avec les paradis fiscaux. Sud-Ouest rappelait en juillet 2016 que le financement choisi est plutôt participatif :

"Valorem lance une deuxième opération de financement participatif pour le futur parc éolien du Médoc (Gironde). Ce projet pourrait être l’un des premiers du genre à se réaliser en Aquitaine. Le futur parc éolien Cœur Médoc Energies naîtra sur les communes de Lesparre-Médoc et Saint-Germain-d’Esteuil, en Gironde. Valorem,  l’entreprise girondine pionnière des énergies renouvelables qui doit livrer clé en main l’équipement, a eu l’idée de lancer une campagne de financement participatif pour mieux impliquer et  associer les habitants du Médoc à la réussite du projet. Montée avec Lendosphere, une plateforme partenaire, une première opération de crowdlending (prêt rémunéré), dans l’air du temps, a si bien marché qu’une deuxième campagne a été lancée le 28 juin dernier. Réservée aux résidents (principaux ou secondaires), elle est ouverte jusqu’au 24 juillet."

 Intéressons-nous d'ailleurs à ce projet. "Le coût total du projet éolien Cœur Médoc Energies est chiffré entre 30 à 35 millions d’euros. Un investissement assumé à 51% par le groupe Valorem et à 49 % par la Caisse des Dépôts et Consignations. "L’opération de crowdlending n’est pas destinée à financer la construction du parc, mais à finaliser les études d’impacts (milieu naturel, milieu humain, acoustique, paysage…) et les études de ressource en vent(productibles), nécessaires à l’implantation de ce parc éolien d’une quinzaine de machines de 3MWchacune", précise le patron de Valorem. Au terme de ce travail préalable, les communes ayant déjà approuvé en mai dernier le projet, voté par délibération, l’ensemble du dossier sera transmis aux services de l’Etat pour une demande d’Autorisation Unique.

 Quinze turbines contre six sur Montech mais pour un investissement identique de 30 millions d'euros ! Etrange !

 Je le répète, ce n'est pas parce que c'est de l'éolien qui est bel et bien une alternative verte qu'il faut rejeter les critiques mais il y a deux cas, critiquer pour améliorer et critiquer pour tout arrêter. Même si mes critiques aident ceux qui sont pro-nucléaires je vais les formuler pour inciter les porteurs du projet à passer à l'offensive dans le cadre d'un débat démocratique que l'EUP devrait permettre.

J-P Damaggio