Dans le Trait d’Union n°158 qui vient de paraître Alain Daziron annonce que la Maison de la Culture va célébrer l’historien Jean Donat (je reprends son article pour présenter le sens de cette décision).

Il m’arriva de vivre à Saint-Antonin et je me souviendrai toujours de la gaffe faite en demandant à Georges Julien (son président d'alors) des nouvelles de «société des vieux amis de Saint-Antonin». J’étais jeune et pour moi «amis du vieux Saint-Antonin» et «vieux amis de Saint-Antonin» (le vrai nom de la société) c’était du pareil au même d’autant que les membres de la dite société étaient plutôt âgés. Jean Donat a été le fondateur de l’association en 1943 et il était parmi les noms souvent cités. Comme le précise Michel Ferrer dans son Abécédaire du Noble-Val n°2 : « C’est en quelque sorte la résurrection de la défunte Société de Spéléologie, d’Archéologie et de Tourisme de Saint-Antonin» qui elle, était née en 1936 dans l’enthousiasme du Front populaire. Saint-Antonin était encore marqué par la division entre catholiques et protestants et Jean Donat était plutôt du côté catholique et la dite Société de Spéléologie du côté protestant. Mais la Société des Amis du Vœux Saint-Antonin va rassembler tout le monde et continuer de manière magnifique le travail de jean Donat.

Je retiens du propos de Michel Ferrer les premiers lignes de son portrait : «A Larrazet, en Lomagne, ses parents –dont il est le seul enfant – sont propriétaires de petites terres plantées de vignes qu’ils cultivent eux-mêmes. » J-P Damaggio

allocution_en_l'honneur_de_Jean_Donat

Michel Ferrer donne cette liste d’œuvres concernant Saint-Antonin :

-        Une société politique et littéraire à Saint-Antonin au XVIIIe siècle, Montauban, 1910.

-        L'Instruction publique à Saint-Antonin aux XVIe - XVIIe -15 pages, Ed. Privat, Toulouse, 1912.

-        L'Instruction publique à Saint-Antonin aux XVIe - XVIIe et XVIIIe siècles, Annales du Midi, t. XXIV - 1913.

- Palmarès et exercices littéraires au XVIIe siècle à Saint-Antonin, Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, t. XXX, 1913, page 162.

-        Une société politique et littéraire à Saint-Antonin au XVIIIe siècle, Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, t. XXXVIII, 1921, page 263.

-        Un coin et une cité du Rouergue : Saint-Antonin (conférences présentées à la Société Géographique de Toulouse, Hôtel d'Assézat, le 23 octobre 1921.

-        Topographie et développement de Saint-Antonin au Moyen Âge, Imp. G. Forestié, Montauban, 1938.

-        Le Mouvement protestant et l'Édit de Révocation à Saint-Antonin, Tarn-et-Garonne, 173 pages. Ed. Privat, Toulouse, 1932.

-        Sédition et répression en Haute Guyenne sous Louis XIII (Siège de Saint-Antonin), Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, t. XVI.

-        Quelques conditions de la vie dans une ville de Province aux XVIIe et XVIIIe siècles - Saint-Antonin (Tarn-et-Garonne), Revue des Pyrénées, 1914.

- Les eaux à Saint-Antonin du XVIIe et XIXe siècles, Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, t. XXXX, année 1913, page 243.

-        Autour d'une place de guerre sous Jean le Bon (Saint-Antonin). - Prières et cérémonies contre la peste à Saint-Antonin au XVIe siècle, Annales du Midi, juillet 1911.

-        Une abbaye cistercienne et son budget au XVIIIe siècle (Abbaye de Beaulieu près de Cornusson).

 

 Article Alain Daziron

Jean Donat (1866-1944), Une vie, une œuvre

 Un parcours de vie et d'écriture qui s'éclaire

Pour les habitants de Larrazet, Jean Donat, c'est selon, le nom d'une rue du village, un portrait ou un livre à la mairie. Pour un bon nombre, il est identifié comme un historien local bien qu'un voile épais plane sur son œuvre.

Il est né à Larrazet le 19 septembre 1866 dans une famille paysanne très pauvre du village (Armand Curcio vient utilement de retrouver son acte de naissance) et il s'est éteint à Saint Antonin (d'où était originaire son épouse) en 1944.

Contrairement à ses parents qui ne savaient ni lire ni écrire, le jeune Jean Donat (école de Jules Ferry oblige) est rentré à l'école primaire puis a poursuivi ses études secondaires au Collège de Castelsarrasin. Il est devenu instituteur en acquérant une solide expérience pédagogique avant de devenir professeur d'Histoire pour les petites classes du lycée (le collège pour tous était encore une utopie).

C'est au Lycée Fermat de Toulouse ville où il s'est fixé et qu'il connaissait finement qu'il a accompli l'essentiel de sa carrière tout en conduisant des recherches intenses; en coopérant activement et brillamment à nombre de revues historiques régionales et nationales. Et en point d'orgue, pour notre plus grand bonheur, il s'est attelé de longues années durant, comme on laboure un champ, à écrire l'histoire de Larrazet. Et en 1926, il publie son livre magistral que tous les villages de France aimeraient avoir "une communauté rurale à la fin de l'Ancien Régime" qui dessine fidèlement la société et la vie à Larrazet (voir compte rendu d'Albert Demangeon).

De nouvelles sources très précieuses

On connaissait depuis longtemps les écrits de Jean Donat mais très peu l'homme privé (son enfance, sa famille, ses convictions politiques et religieuses, sa personnalité). Grâce à deux sources inédites conservées dans la maison familiale à Saint Antonin et confiés fraternellement par Gilles Since (son arrière petit fils), il se rapproche de nous ou on se rapproche de lui.

Le premier document est une chronique de 8 cahiers d'écolier rédigée au jour le jour de 1915 à 1918. Un document qui donne, en écho au Journal de Guerre et aux lettres de Marie, un éclairage sensiblement différent. Nous aurons l'occasion d'en publier les meilleures pages dans les prochains numéros du Trait d'Union. Le second est un récit autobiographique très émouvant sur sa famille et son enfance, mais qui, malheureusement, s'interrompt au bout de 16 pages.

La réédition du livre sur l'histoire de Larrazet en 2018

Notre responsabilité est aujourd'hui de rééditer ce grand trésor, pour le présent et l'avenir, que constitue son livre de 297 pages sur Larrazet à la veille de la Révolution Française. Jean Donat a bâti sa magistrale fresque historique à partir des deux sources majeures, le cadastre de 1769 et les archives notariales.

Ouvrage qui ne semble pas avoir pris une ride et qui va parler à tous, jeunes et anciennes générations, familles anciennement ou nouvellement implantées. La réédition de l'ouvrage est prévue dans le courant de l'année 2018. Une souscription sera lancée au printemps et vous en saurez plus sur les conditions de la réalisation de ce projet dans le prochain numéro du Trait d'Union. Alain DAZIRON