Vendredi, avec le soleil, j’ai poursuivi le tri de mes archives pour faire de la place. J’ai sauvé trois documents. Ici celui d’un petit livre réalisé avec les enfants de CP-CE1 de l’école d’Angeville en janvier 2004. J’ai toujours aimé faire jouer les enfants avec les homonymes (ils aiment en fait d’eux-mêmes) et voici le résultat sans garantir que tous correspondent à la définition du mot homonyme.

Chaque phrase était ornée d’un dessin. JPD

 

livre des homonymes

Ce livre vous livre mes homonymes.

Thomas se marie avec Marie, chez Thomas.

Dorian ira sur Mars en mars, avec Théo.

Théo tire le pull d’Anthony qui tire en l’air avec un fusil.

Anthony coupe la coupe d’Adriane.

Adriane mange en un éclair l’éclair de Perrine.

Perrine cache ses sous, sous la poubelle de Thomas.

Thomas bouche avec sa bouche le trou du ballon de Gaëtan.

Gaëtan s’est fait piquer par un taon en même temps que Rémi.

Rémi chante Do, Ré, Mi, et mange de la mie de pain de son ami Valentin.

Valentin a regardé les vingt vins de Manon.

Manon dit non quand on dit le nom de Sarah.

Sarah a des larmes qui coulent sur l’arme d’Anaïs.

Anaïs a caché le cachet d’Audrey.

Audrey avec sa bonne mine casse la mine du crayon d’Amélie.

Amélie lit dans le lit de Théo.

Théo est au cinéma en haut de la ville et crie à Dorian : « Eh ! Oh ! ».

Dorian met sa couronne sur la tête en mangeant la couronne de Thomas.

Thomas lance des tomates et une grenade qui explose sur les grenades de Perrine.

Perrine va vers le verre vert de Sarah.

Sarah entend la voix d’Anaïs quand elle annonce : «je vois une oie».

Anaïs déguste les dattes de Manon à la bonne date.

Manon préfère les amandes d’Amélie aux amendes du policier.

Je crois que le roi porte une croix.

Le chanteur Renaud a une Renault.

Je me brosse les dents avec une brosse.

Le marin s’appelle Marin.

Je fais un tour autour de la tour.

Je ne range pas les chemises dans une chemise.

Avec une ampoule j’éclaire l’ampoule de mon orteil.

Je mets mes piles sur une pile.

Je l’avais bien dit de te laver.

Je barre le dessin d’une barre de fer.

Le fer à repasser est en fer comme le fer à cheval.

Je suis né avec un beau nez.

Je sens du sang qui coule depuis cent minutes.

Deux lions viennent de manger à Lyon.

J’ai vu cinq saints dans une église.

A Sète il y a plus de sept bateaux.

J’ai tombé un œuf sur neuf tricots neufs.

Il joue avec sa joue.

J’ai des dents dans ma bouche.

J’ai reçu un coup sur mon cou.

Je le pousse avec le pouce.

Demain je me lave mes deux mains.

Je ne dois pas montrer du doigt.

Je donne un coup de pied au pied de la chaise.

Je donne un coup de coude sur Gaëtan.

Avec ma langue je parle beaucoup de langues.

Anaïs à une raie mais la raie n’en a pas.