Voici encore un article de Mario Benedetti. Je voulais le mettre en pièce jointe mais ça ne marche pas. JPD

 De La Corogne à Montevideo

A Montevideo, nous avons toujours eu tant de Galiciens, que lorsque nous allons en Galice, nous semblons être parmi les Montévidéens. Voici quelques jours, j'ai pu le vérifier personnellement à La Corogne, à l'occasion de la réimpression en fac-similé du magazine Alfar, sous la direction de César Antonio Molina, et de la semaine commémorative qui s'y est déroulée. Il est clair que l'affinité est non seulement dans les visages et dans l'attitude accueillante, mais aussi dans l'air salé, dans la condition de la ville portuaire, dans l'avenue de La Marina si semblable à notre Rambla côtière, et même dans la mission de guidage des phares respectifs qui accueillent et / ou rejettent ici et là les émigrés qui, depuis des siècles et pour des raisons très diverses, se croisent ou se succèdent sur l'océan. Ce n'est pas une coïncidence si les compatriotes que j'ai trouvés sur la terre de La Corogne m'ont semblé les plus intégrés et les plus dynamiques de tous les exilés uruguayens dispersés en Espagne. Ce n'est pas non plus une coïncidence qu'il y ait beaucoup de Galiciens habitués à un maté amer et que l'un des Uruguayens m'ait donné une cassette du groupe musical Milladoiro. Il y a un bon nombre de Galiciens qui, après avoir vécu heureux dans un Uruguay confortable et démocratique, quand la dictature militaire est arrivée et que la crise économique s'est aggravée, sont retournés dans leur patrie, mais avec eux, en plus de leurs enfants uruguayens, ils ont apporté les habitudes acquises de l'autre côté de l'Atlantique et même la ferveur de football envers Peñarol ou Nacional. La récupération actuelle de Alfar prouve, entre autres, la capacité évidente de communication entre Montevideo et La Corogne. Dans les années vingt c'étaient des secteurs de La Corogne qui ont rendu possible matériellement et matériellement l'apparition et la continuité d'Alfar et de son prédécesseur le Magazine de Casa América-Galicia, mais c'étaient deux natifs de Montevideo, le poète Julio J. Casal (alors consul de l'Uruguay à La Corogne) et le peintre Rafael Barradas, qui ont donné l'impulsion artistique et le caractère ouvert et multilingue aujourd'hui si loué à la publication. Il suffit de parcourir la liste des collaborateurs réguliers pour apprécier le niveau remarquable de la double face hispano-latino-américaine. Le premier (qui comprenait des langues régionales et des écrivains galiciens comme Julio R. Yordi, Alonso Castelao, Vicente Risco, Ramón Cabanillas et Antonio Noriega Varela, ainsi que les peintres Álvaro Cebreiro, Luis Huici et Francisco Miguel) a fourni des textes inédits d'Alberti et Francisco Ayala, tous deux présents à la commémoration, Aub, Azaña, Azorin, Bergamin, Gerardo Diego, d'Ors, Guillén, Machado, Miró,

Unamuno, etc., et le travail graphique de Maruja Mallo, Benjamin Palencia, Gregorio Prieto et Moreno Villa ; tandis que le deuxième côté a apporté les noms de Borges, Girondo, Huidobro, Juana de Ibarbourou, Alphonse Reyes, Vallejo, Hernández Catá et bien d'autres. La vocation d'organisateur culturel que Casal a toujours développé et le génie artistique de Barradas, ainsi que les liens étroits qui unissaient les deux en Amérique latine, ont trouvé un complément idéal dans La Corogne imaginative et voyageuse qui regardait toujours vers la mer. Comme l'a souligné Torrente Ballester (lui et Camilo José Cela accompagnaient leurs concitoyens dans cette célébration), la culture galicienne dans les années 1920 «était liée à l'Europe, qui était le monde, et à la mer, qui était l'Amérique». Pour Nelson Marra et pour moi, ce fut un événement, de se rencontrer dans l'exposition Alfar et son époque, monté à l'hôtel de ville, avec de superbes peintures de Barradas que nous n'avions jamais vu, la plupart appartenant à des collections privées à Barcelone, où le peintre uruguayen a vécu en 1913-1918 et en 1925-1928 (il est mort en 1929, à Montevideo, à seulement trente-huit ans. De l'horloge vibrationist au cubiste Figurin, du Portrait de Carmen à la splendide Evocación del 1900 con señorita al piano, est-là extrêmement présente l'histoire de Barradas, avec ses traces de non dissimulées de cubisme et de futurisme, mais surtout sa mélancolie et ses touches d'humeur lyrique, l'exposition comprend une lettre qui nous afflige encore : plusieurs artistes espagnols envoyèrent le 29 Juillet 1928 à l'ambassadeur uruguayen à Madrid, une lettre pour réclamer une aide économique pour le peintre, plongé dans la pauvreté et gravement malade. En ce qui à trait à son prestige actuel, le cas de Julio J. Casal est loin de celui de Barradas, dont le nom porte avec Pedro Figari et Joaquin Torres Garcia, notre trio absolu de grands peintres. Il est évident qu'en tant que poète, Casal n'avait pas la taille de certains de ses collaborateurs les plus célèbres. Peut-être s'est-il trop attardé dans un modernisme décadent avant de prendre le ton et le style qui convenait à son tempérament, quelque chose qu'il décrit comme «parler aux petites choses, parler à voix lointaine de l'enfance intime.» De cette façon, il ne fait aucun doute que son meilleur représentant était Cuadro de otoño, un livre publié en 1947, lorsque l'auteur avait près de soixante ans. Il apparaît comme un être aimé, qui aime avec les images de la vie quotidienne et du paysage. En tout cas, comme l'écrivait Domingo Luis Bordoli, «sa patrie poétique est l'Espagne et, surtout, l'âme tendre de la Galice». Il existe cependant un autre domaine culturel dans laquelle Casal a besoin d'être justifiée et qui va au-delà de sa création individuelle. Je parle de sa capacité à mobiliser des entreprises littéraires et artistiques. L'un d'entre eux (sans hésitation, le meilleur) était l'époque de La Corogne avec Alfar, mais c'est le domaine qui est le moins connu en

Uruguay où il a été jugé spécialement pour sa volumineuse présentation de poésie uruguayenne (1940), une sélection qui était vraiment très peu exigeante. L'auteur lui-même a avoué dans le prologue qu'il y avait peu de noms dans le volume qui méritaient d'être dans une anthologie ("dix au plus"), mais la vérité est qu'elle en comprenait trois cent treize. La scène uruguayenne d'Alfar (1928-1955) a également souffert de ce manque de rigueur. Je pense que parmi tous les invités aux événements commémoratifs tenus à La Corogne, je suis l'une des rares personnes qui a rencontré personnellement Casal dans les années quarante et cinquante. Je peux attester qu'il était un peu moins qu'un homme candide, qui trouvait de plus en plus difficile de refuser de publier le flot de mauvais vers dont il était assiégé par beaucoup de ses collègues et de ses contemporains. Quand il a choisi le collaborateur, le résultat était généralement digne, mais lorsque le collaborateur l'a choisi, les conséquences étaient regrettables. Il y a une anecdote qui depuis des années existe dans le folklore littéraire de Montevideo et que je transmets au lecteur non-uruguayen avec l'avertissement que Casal savait parfaitement combien de vers un sonnet contenait. À une occasion, Casal a descendu la rue Sarandí et a trouvé l'une de ces personnes têtues et inexistantes, devant lesquelles il a éprouvé une vraie panique. Le collègue lui a dit, à bout portant, qu'il allait lui envoyer «une ode et plusieurs sonnets» pour figurer dans le prochain numéro d'Alfar. Casal était terrifié, mais il ne pouvait pas trouver un moyen de rejeter ce collaborateur grossièrement spontané. Il a commencé à expliquer que ce numéro était déjà sur le point de partir et qu'il était impossible d'inclure un tel matériel. Mais l'autre insistait, sans pitié ni autocritique. À la fin, épuisé et vaincu, Casal ne trouva qu'un peu d'ironie à lui dire entre ses dents: "Eh bien, ça va, envoie-moi alors un sonnet, un seul sonnet, mais s'il-te-plaît, qu'il soit bref." Ainsi était Casal. Même à ce stade de ses faiblesses, il a été sauvé par l'humour, comme moyen de compenser les concessions qu'il a faites, contre son jugement critique. Donc, le jour où cette exposition et les cinq volumes de la réimpression en fac-similé atteindront l'Uruguay, ce sera important pour la population locale, car elle pourra récupérer l'image du vrai Casal. Ce fac-similé est la preuve qu'il était en effet l'excellent et rigoureux directeur de l'un des magazines culturels les plus importants des années vingt. Il est clair qu'il est peut être approprié d'attendre pour réaliser cet hommage dans la ville natale de Casal et Barradas, sinon ils feraient un triple saut périlleux dans leurs tombes si leur Alfar bien-aimée et maintenant sauvée servait en quelque sorte de prétexte à la médiocre tyrannie pour s'habiller de culture. Le temps viendra où les compatriotes de Julio et Rafael arrêteront de faire du bruit avec leurs casseroles pour,

en toute liberté, s'installer à cette jolie fenêtre uruguayenne qui était Alfar pour profiter d'un paysage humain et d'un air salé qui fait qu'ils sont de La Corogne sans cesse d'être de Montevideo. (traduction jeanpaul damaggio) (1984)