communisme nouveau

A ce moment là Pierre Laurent était le journaliste phare de L’Humanité. C’est lui qui rédige le compte-rendu du Congrès, sur l’Humanité et l’Humanité Dimanche. De son côté Mélenchon était au gouvernement Jospin avec Marie-George Buffet.

Comme tout Congrès il annonce les jours heureux sans se soucier de tout bilan. En l’an 2000 la nouveauté est donc à l’honneur. Peut-être la taille des caractères est plus grosse que d’habitude mais pour le PCF ça a toujours été le principe : le parti nouveau va relancer la machine. J’ai retenu cet article sur le bilan du Collège exécutif qu’aux temps anciens on appelait Comité central.

Je ne vais rien dire de l’évolution de Robert Hue pour juste pointer l’arrivée de Jacques Nikonoff qui a fait un passage éclair, de Roger Martelli qui a tant tardé à être admis dans les hautes instances, de l’effort de parité, notre région ayant apporté sa part avec Marie-Pierre Vieu et Joëlle Greder. JPD

 Radiographie du Collège exécutif

Nouveau communisme

Parité

La parité exacte est atteinte pour le Collège exécutif, qui comporte 23 femmes et 23 hommes. Outre des personnalités connues dans le PCF comme Marie-George Buffet, Nicole Borvo ou Dominique Grador, nombreuses sont les femmes qui intègrent la nouvelle direction. Un souffle nouveau porté par Nadine Garcia, Manuela Gomez, Annick Le Goff, Henriette Zoughebi, Brigitte Dareau, Joëlle Greder, Rosa Moussaoui... Certains hommes avaient accepté de «faire de la place» comme Francis Wurtz ou Jean-Paul Boré, et d'autres encore... Les communistes entendent par là montrer dans les faits leur attachement à la parité et à la place des femmes dans la société. Pour eux, la parité est un gage du renouveau de la politique.

 La rotation des cadres

La parité a constitué un moteur essentiel de la rotation des cadres. Si des figures de la direction sortante sont toujours présentes dans le Collège exécutif, des forces neuves viennent s'y ajouter en nombre. Restent seize membres sortants parmi lesquels Robert Hue, Jean-François Gau, Paul Lespagnol, Jean-Paul Magnon, Pierre Zarka, Alain Bocquet... De nouvelles personnalités intègrent l'équipe comme Michel Deschamps, Michaela Frigiolini, Jacques Nikonoff, Sylvie Jan ou encore Michelle Demessine. Les trois ministres communistes sont également de la partie. Enfin, on note la présence de Roger Martelli et Patrick Braouezec.

 Le rajeunissement

La direction nationale prend un sérieux coup de jeune. Rosa Moussaoui, la benjamine de la nouvelle équipe a vingt-deux ans. Sept nouveaux dirigeants ont moins de trente-cinq ans, soit 15%. On note l'arrivée de Marie-Pierre Vieu (ancienne présidente de l'UNEF), de Christophe Hodé (secrétaire national de la JC), Eugène-Henri Moré (militant associatif), Nathalie Fontenel (récente candidate à la députation dans les Pyrénées-Atlantiques), Aude Lumeau-Préceptis, (militante associative dans le Lot-et-Garonne), entre autres... Une nouveauté qui détonne dans le paysage politique actuel.

 Le «métissage»

Des hommes et des femmes issus de l'immigration, récente ou moins récente, intègrent aussi l'équipe dirigeante, à l'image de Rosa Mous-saoul, Merriem Derkaoui ou Yamina Djerfaf. La volonté d'être à l'image de la société intègre donc cette dimension importante.

 Le mouvement social

Parmi les noms déjà cités, on a déjà reconnu des militants de divers syndicats, associations et mouvements revendicatifs. Citons Sylvie Jan, du mouvement féministe ; Michel Deschamps, ancien secrétaire général de la FSU ; Eugène-Henri Moré, militant associatif; Cathy Savel, responsable syndicale... Permettre à la direction nationale du PCF de bénéficier de leur apport était l'un des objectifs clairement affiché lors de la préparation du congrès. À signaler aussi la présence de dirigeants qui conservent une activité professionnelle, idée chère aux délégués présents souhaitant une direction ancrée dans la vie et le monde du travail : Cathy Savel (employée à la CPAM), Isabelle Charpentier (conductrice de métro), Nadine Garcia (Axa)...

 La répartition géographique

La majorité des membres réside actuellement en région parisienne. «Nous voulons avoir dans notre direction nationale des dirigeants d'organisations nationales. Beaucoup d'entre eux ont dû aller à Paris pour exercer ces responsabilités nationales», a expliqué Paul Lespagnol en répondant aux questions des délégués sur le sujet. Treize membres de la nouvelle direction résident en province.

PIERRE DHARRÉVILLE