messi

On ne peut pas parler de l’Argentine sans le football. J'ai déjà évoque le cas pour montrer le lien entre luttes sociales et football.

Dans les restaurants le foot est en permanence sur les écrans et les matchs d’Europe sont aussi importants que ceux d’Argentine. Maradona est devenu un dieu et aujourd’hui Messi est la vedette.

Messi est-il vraiment Argentin ? J’en conviens tout de suite la question est sacrilège pour un Argentin mais depuis l’âge de 13 ans il vit à Barcelone et c’est le Barça qui l’a découvert à cet âge là et la ville est au cœur de sa vie depuis. Son fils aîné est déjà dans les écoles du Barça.

Messi est un phénomène d’abord par sa discrétion. Une seule chose est sûre, c’est qu’il est bel et bien nostalgique de son pays mais pour le reste silence complet. Son propos se limite à ce qu’il fait sur le terrain.

Ensuite il est un phénomène par sa fidélité au Barça. Tous les grands joueurs de foot ont des parcours à la recherche du meilleur salaire or pour Messi c’est simple, il ne peut espérer mieux que sa vie à Barcelone.

Tout le monde attend la Coupe du Monde et l’exploit que Messi peut y réaliser. Contre Neymar qui va jouer avec l’équipe du Brésil ? Contre son ami du Barça Suarez qui va jouer avec l’équipe d’Uruguay ? J-P Damaggio

P.S. Cinq autres pays d'Amérique latine seront présents : Pérou, Colombie, Costa Rica, Panama et bien sûr Mexique. Les USA sont les absents de cet événement mondial !

 

Je crois l’avoir écrit : le football est célébré en Argentine car des intellectuels de ce pays ont su lui donner des lettres de noblesse. Il s’agit avant tout d’une rencontre originale entre le peuple et la littérature. Un peu comme pour les USA où le cinéma est célébré pour valoriser l’absence d’histoire de ce pays.

 

En terme global, chaque pays a ses failles et chaque peuple tente de les combler. L’Argentine est restée très longtemps divisée et même en lutte entre Buenos Aires et les provinces et le foot est venu unir les populations. J’en conviens chaque club est plus qu’un club ce qui entraîne des luttes fratricides entre eux et souvent des luttes sociales et religieuses. J’ai évoqué ces clubs aux origines anarchistes contre d’autres aux origines cléricales. Mais au bout de la route il existe l’équipe nationale !

J’ai été frappé par l’absence d’attention au drapeau national qui, même sur les édifices officiels est souvent plus ou moins fanés, alors qu’au Pérou par exemple, le nationalisme est omniprésent et la gloire du drapeau avec.

Le foot est par excellence le moyen de donner au bleu céleste et au blanc sa dignité.