église

Pas utile d'aller jusqu'à la terrasse de l'hôtel 3Mosta pour découvrir la beauté de l'église majeure de Saint Pétersbourg (malgré la restauration du clocher majeur), celle de la Résurrection, elle orne tous les guides, toutes les publications à la gloire de la ville. De toute façon ces clochers avec bulbes colorés, marque de la Russie de Moscou, sont connues à travers le monde. Sauf que, comme souvent, l'image ne dit rien par elle-même.

Tout a commencé le 29 avril 1818 avec la naissance de celui qui deviendra tsar sous le nom d'Alexandre II et tout va se terminer le 13 mars 1881 par son assassinat d'où la hauteur du clocher de l'église : 81 m !

Le nombre de tentatives d'assassinats de celui qui pourtant accepta d'abolir le servage en 1860 ne se compte plus. Nous étions dans la phase ascendante de l'anarchisme. C'est sur le lieu même de la mort du tsar qu'il a été décidé de construire cette superbe église.

Ce fait nous renvoie à une question majeure : mais pourquoi des églises orthodoxes ? Ce superbe monument en donne la réponse : le pouvoir religieux n'est en Russie qu'une variante du pouvoir politique ! En conséquence le pouvoir politique soviétique a cru qu'il pouvait en finir avec cette religion d'Etat !

Quand j'écris "religion d'Etat" faut-il encore se comprendre. Il est des cas où la religion d'Etat dicte sa loi à l'Etat alors que dans le cas russe c'est bien le pouvoir politique qui dicte sa loi à la religion.

Wikipédia explique : "La légende raconte que Vladimir, voulant choisir une nouvelle religion, envoya des ambassadeurs chez plusieurs peuples pour voir comment ils adoraient Dieu. Le choix se serait porté sur le christianisme byzantin à cause de la beauté du culte. En fait, ce choix avait des raisons politiques et stratégiques. Le siège métropolitain de Kiev fut créé vers 991 sous la juridiction du patriarcat de Constantinople qui nommait le primat. Iaroslav le Sage, le fils et successeur de Vladimir, permit le développement de la nouvelle Église en encourageant la création de nouveaux diocèses, en faisant construire des cathédrales."

Alors que le christianisme est né contre les pouvoirs en place, dans la version russe il devient l'effet du pouvoir en place ! Ce qui me fait dire que la Russie est un pays à contretemps.

Partout dans l'histoire la collusion entre les deux pouvoirs, le politique et le religieux, a été évidente, mais le christianisme induit ce phénomène que la France a bien connu : le constant bras de fer entre Rome et Paris. Pour se libérer de Rome les Anglais comme les Russes vont créer une religion nationale. Pour moi, l'étude de l'histoire religieuse n'a strictement rien à voir avec les croyances qui sont du domaine privé, mais avec l'histoire des rapports entre les cinq pouvoirs : le militaire, le politique, le religieux, l'économique et le culturel.

Avec le Templiers nous avons eu une alliance entre militaires et religieux, avec les abbayes une alliance entre l'économique et le religieux. Une abbaye est d'abord une entreprise économique sauf que son étude est souvent seulement culturelle ou religieuse.

Donc pour en revenir à cette magnifique église de Saint-Pétersbourg elle ne dit rien d'autre que la puissance du politique sur le religieux et si le politique imprime sa marque à l'Eglise il est facile de comprendre qu'il est immense jusqu'à croire que l'histoire des Russies ne serait rien d'autre que l'histoire de ses tsars ! J-P Damaggio