Carlos Fazio est un journaliste qui enquête depuis longtemps sur les réalités latino-américaines.

Je ne suis pas toujours d'accord avec lui mais c'est une approche qui mérite l'attention. JP D

 

La Jornada 1er juillet

Carlos Fazio

AMLO et le pouvoir réel

Hier, le 1er Juillet, des millions de Mexicains se sont rendus aux urnes, et s'il n’y a pas eu une fraude monumentale de l'Etat, Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) sera le prochain président de la République. Si rien d'extraordinaire n'arrive dans la période de transition, le premier de décembre prochain, AMLO doit assumer le gouvernement. Mais à ce moment-là, et même au-delà du moyen terme, le pouvoir continuera d'être entre les mains de la classe capitaliste transnationale.

Il est probable aussi que dès ce 2 Juillet le bloc de pouvoir (le « plutonomie » Citigroup dixit), y compris ses médias hégémoniques (Televisa et TV Azteca, Azcarraga et Salinas Pliego, les deux milliardaires de la liste Forbes ) et ses opérateurs dans les structures gouvernementales (le Congrès, la justice, etc.), vont mettre en marche l'insurrection ploutocratique qui cherchent à élargir ses privilèges et assurer ses intérêts de classe pour améliorer encore la corrélation des forces en leur faveur.

Au-delà du bruit des campagnes, le processus électoral a eu lieu sous le signe de la militarisation et para-militarisation de vastes domaines de la géographie nationale, et de la guerre d'extermination sociale (nécropolitique) qui a soulevé des niveaux de violence homicide à des limites jamais vu dans le Mexique moderne, semblable à ceux d'un pays en guerre ("naturaliser" à la veille des élections le meurtre de candidats à des postes électifs populaires).

Comme l’a rappelé Gilberto Lopez y Rivas à La Jornada, ce « conflit armé non reconnu » est la dimension répressive de ce que William I. Robinson a appelé « accumulation militarisée », dont le but est l'occupation et la recolonisation complète de vastes zones rurales et urbaines pour le pillage et la dépossession de ressources géostratégiques, à travers une violence exponentielle et à spectre complet, caractéristique de la configuration actuelle du capitalisme; le conflit et la répression comme un moyen d'accumuler de la plutonomie.

Pour cela, la classe dirigeante a fait adopter la loi de sécurité intérieure. Elle est latente, à cause de sa ratification au Sénat à l'initiative des députés pour enlever la juridiction au président de la République; la soi-disant stratégie de lawfare appliquée à Dilma Rousseff et Lula da Silva au Brésil, qui implique l'utilisation de la loi comme une arme pour poursuivre et détruire un adversaire politique par des moyens parlementaires et / ou judiciaires; une variable des coups doux de la fabrication américaine qui pourrait être utilisée contre AMLO.

À cet égard, et au-delà de son virage vers le centre et la refonte de son programme de transition réformiste - capitaliste, démocratique et nationale, avec de grandes concessions au bloc de pouvoir dominant -, l'arrivée de López Obrador au gouvernement pourrait impliquer, en principe , un ralentissement ou «répit» (Galeano dixit) de la tendance de la «fin de cycle» progressiste évoquée, et la restauration de la droite néolibérale en Amérique latine.

L'impulsion d'une nouvelle forme d'Etat social, sans rupture frontale avec le Consensus de Washington, entraînera néanmoins un changement dans la corrélation des forces régionales et aura un impact considérable sur les peuples latino-américains. Il n’est donc pas du tout innocent, ou tout simplement met l'accent sur l'approfondissement des politiques de « changement de régime » au Venezuela et au Nicaragua – d’où la récente tournée du vice-président des USA, Mike Pence, au Brésil, en Équateur et au Guatemala.

Il convient de rappeler l'éditorial particulièrement critique dans le Washington Post du 18 Juin, qui a évoqué des liens suffisamment crédibles de proches associés de López Obrador avec les gouvernements de Cuba et du Venezuela, et les déclarations faites par le sénateur républicain John McCain, appelant AMLO comme possible «président gauchiste anti-américain » et le chef actuel du personnel de la direction Trump, le général (à la retraite) John Kelly, qui a déclaré que Lopez Obrador « ne serait pas bon pour les États-Unis ou au Mexique. »

Selon les conseillers en politique étrangère d'AMLO, avant Washington, son gouvernement proposera «la défense de la souveraineté nationale»; révisera le cadre de la police, de la coopération militaire et de sécurité (DEA, CIA, ICI, Pentagone, etc.), et en partant du principe que la migration n’est pas un crime, d'accroître la protection des compatriotes en situation irrégulière, devant le bureau d'un procureur des tribunaux des États-Unis. Il passera également en revue les contrats pétroliers et de travaux publics. Ce qui amènera sans aucun doute de fortes confrontations avec la Maison Blanche et la ploutocratie internationale.

Comme le dit Ilán Semo, au Mexique, la Présidence de la République contient des potentialités symboliques insoupçonnées; une sorte de "charisme institutionnel". Peu importe qui l'occupe, même inepte (pensez à Vicente Fox), le bureau lui transmet une aura : il est "le président". Après l'Indépendance, la Réforme et la Révolution Mexicaine, AMLO veut transcender l'histoire en tant qu'homme de la «quatrième transformation». Mais pour cela un changement de régime est nécessaire pour impulser de grands sauts dans la conscience politique des secteurs populaires; sans un peuple organisé et mobilisé après un projet de changement radical et profond, il n'y a pas de charisme qui atteigne.