Michea et le sport

Michéa_et_le_foot_en_2018

 

Michéa a une lecture philosophique du football. Il fait référence au grand Uruguayen Eduard Galeano comme il pourrait le faire aux grands Argentins que sont Valdano et encore plus Soriano si souvent présents sur ce blog. A moins que le football ait au contraire charpenté sa philosophie ! René Merle m’a rappelé qu’à Abel Michéa, journaliste sportif de l’Humanité était le père de Jean-Claude et dans l’entretien qu’il donne à Marianne, s’il ne site pas ce père, nous le retrouvons indirectement par les souvenirs d’enfance. Je me souviens très bien des écrits d’Abel peut-être à cause de ce prénom surprenant.

Cette passion pour le foot est une marque de fidélité à son histoire, une fidélité active, créatrice. A le lire, j’ai la sensation qu’il parle du PCF de son enfance où, en jouant collectif, chaque individu épanouissait sa personnalité. Dans une société que le système veut réduire à une somme d’individus, le foot est en soi une résistance, car il passe par l’existence d’une équipe, et quand, à coup de milliards, un dirigeant peut ajouter une somme de talents, l’équipe gagne mais pas le foot !

Jean-Paul Damaggio