Quand les avions allemands ont bombardé la ville aussitôt les services de communication fascistes ont montré du doigt les républicains qui pour se faire plaindre auraient commis ce crime ignoble.

Je contexte le terme de fake news qui tend à nous faire croire que l’intox c’est une action liée aux réseaux si peu sociaux et si modernes.

Le terme de fake news est de l’intox ! Et inventer un délit de fake news c’est pour institutionnalise les fake news.

 Je rappelais dernièrement dans une conférence que quand Louis XVI s’est fait arrêter à Varennes aussitôt les services de communication royaux ont annoncé qu’il s’agissait d’un déplorable enlèvement ! Or le roi avait laissé sur sa table de travail une lettre aux français pour expliquer sa fuite vers l’étranger mais pendant un temps elle a été cachée.

 Les négationnistes ont-ils diffusés des fake news ?

La victoire de ce terme signe clairement une des multiples preuves de la victoire des grands médias qui en imposant leur vocabulaire imposent leur mode de pensée. C’est pareil avec le mot migrant plutôt que le mot exilé.

 L’intox est à mes yeux un acte fasciste par excellence et là il n’y a pas besoin de chercher s’il s’agit de néofascisme ou pas. Je refuse de confondre le stalinisme et le fascisme mais l’assassinat de Trotsky par Mercader a donné lieu de la part de Staline à une intoxication que je qualifie en tant qu’acte, de fasciste. Heureusement tous les actes fascistes ne conduisent pas au fascisme mais faut-il encore susciter la vigilance démocratique. J-P Damaggio