macri macron

Sur le journal Pagina 12 un article qui évoque la visite de Macron en Argentine. J-P D.

Le président de la France, Emmanuel Macron, et son épouse, sont arrivés à la Casa Rosada quelques minutes après midi, pour un entretien avec le président Mauricio Macri et la première dame, Juliana Awada. Puis, lors d'une conférence de presse, le président argentin a déclaré que "beaucoup des erreurs que nous avons engagés ont été apprises là-bas, à la Sorbonne", en référence à la prestigieuse université parisienne.

 Avant d'entrer dans la Maison du gouvernement, le président français a visité la Plaza de Mayo et les mouchoirs blancs des mères [sur le sol de la place sont inscrustés les foulards des mères de la place de mai], ainsi que la cathédrale métropolitaine. Il a également salué les curieux qui sont venus à sa rencontre. Auparavant, lors d’une visite surprise, Macron s’était rendu dans la célèbre librairie El Ateneo [oui, elle est très belle], située à Santa Fe et Callao [à Buenos Aires], pour connaître et visiter le bâtiment.

Comme le protocole l'indique, Macri a accompagné Macron de l'esplanade de la Casa Rosada au Salón Blanco, où les deux présidents se sont encore salués.

 Lors d'une réunion avec la presse, M. Macri s'est prononcé en faveur de la possibilité de "donner un dernier coup de pouce" aux négociations en vue d'un accord de libre-échange entre le Mercosur et l'Union européenne (UE). Le président a déclaré que les deux blocs étaient "beaucoup plus proches" d'un accord et a indiqué que "le président Macron et moi-même pouvons donner un dernier effort pour que cela se produise".

 Macri a également annoncé qu'il y aurait des réunions à Buenos Aires et à Paris "pour mettre en contact nos entreprises et les entrepreneurs". "J'apprécie l'énorme soutien de la France qui nous a permis de parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international", a-t-il remercié son homologue français.

 De son côté, le président français, Emmanuel Macron, a salué la direction de Macri et sa "volonté d'ouvrir l'économie". "Nous vivons un moment très important, la France a offert son soutien dans le cadre de l'accord avec le FMI. Je voulais réaffirmer mon soutien à son programme de réformes, c’est la voie à suivre", a poursuivi le président français, qui a déclaré qu’il contribuerait à la candidature de l’Argentine à l’OCDE.

 Macri a soutenu la réforme du travail menée par Macron en France, qui vise une plus grande flexibilité du travail et qui a généré des démonstrations massives de protestation. Pour le président français, elle est "indispensable" pour son économie. Macri a également estimé que "nous devons nous adapter" aux changements et aux nouvelles technologies, tout en évitant de donner plus de détails sur le retour à l’éventualité d’une réforme du travail [Macri avait tenté une réforme du travail mais la rue l'a obligé a lé renvoyer à plus tard].

 "Nous avons appris beaucoup d’erreurs là-bas, à la Sorbonne, avec des dirigeants que nous y avons envoyés il y a quelques années", a plaisanté Macri, interrogeant le niveau universitaire de l'une des universités les plus prestigieuses du monde.