claude

Grâce à l’initiative du Mirabilia Museum(1) Noël Arnaud a permis de rassembler quelques personnes aux parcours aussi divers que ceux de Noël. Je fais juste ce compte-rendu de mémoire pour pointer des éléments de la causerie.

1 ) Noël Arnaud à Penne

C’est là que Claude Sicre le rencontre grâce à René Bonetti et sa compagne d’alors Françoise Planchard qui était devenu la secrétaire du personnage en 1994-1995. Il témoigne de ce que l’artiste lui a apporté.

claude dimitri

2 ) Noël et la Gazette Pénale

Noël était à Penne un citoyen comme les autres où finalement il était peu connu pour ses états de service. Avec l’aide de Claire qui va devenir son aide, il se lance dans une aventure qui conduira les deux personnes en garde à vue ! Il crée une parodie du journal municipal. A un moment j’en ai découvert des éléments sur internet mais je ne les trouve plus. Les mystères du net…

3 ) A partir de ces témoignages comment construire une vision globale du personnage, acteur d’une histoire culturelle qui le conduira du surréalisme à l’Oulipo en passant par la Pataphysique et le situationnisme sans oublier COBRA et tant d’autres dont Boris Vian.

 

la salle

Noël Arnaud explique Dimitri qui ne l’a pas connu se trouve au carrefour de deux courants politico-culturels : celui des Conseils chers à Rosa Luxembourg et celui de l’avant-garde cher à Lénine puis Staline. J’emploie là un terme « politico-culturel » qui va déplaire à Claude Sicre pour qui, suivant en cela Castan, le culturel est autonome par rapport au politique. Pour Noël Arnaud, être porteur de valise pendant la guerre d’Algérie et admirateur d’Asger Jorn était exactement la même chose. Mais bon, encore faut-il s’entendre sur les mots.

 

A partir de ce tableau général vont surgir quelques images vivantes d’un bon vivant c’est le cas de le dire. Une personne a apporté quelques photos, documents et éléments d’une brève biographie. Roland Garrigues a apporté le témoignage de son intervention auprès de Paul Quilès pour faire cesser les poursuites judiciaires souhaitées par le maire ridiculisé par la fausse Gazette. Le libraire grand connaisseur de Noël à qui il a consacré une exposition a permis autrefois à des habitants de Penne (l’un d’eux en témoigne) de comprendre qui était leur concitoyen. La conseillère municipale qui a vécu de l’intérieur une affaire qui, en l’écoutant, a fait rire toute la salle.

 

la salle rit

Et à parler de rire retenons l’anecdote de Claude Sicre qui a cru pouvoir tisser des liens entre Noël et son cher Félix Castan mais ce fut un échec total. L’humour corrosif de Noël ne pouvait croiser le sérieux de Félix et au-delà de l’anecdote il faudrait réfléchir au pourquoi l’humour de l’un et le sérieux de l’autre.

De toute façon, le libraire l’indiquera sans détour : Noël Arnaud lui rappela maintes fois qu’il était un jacobin. Castan aussi c’est vrai, mais encore faudrait-il s’entendre sur le sens du mot jacobin et franchement ce n’était pas les mêmes pour l’un et l’autre.

Claude a pointé un échec : il aurait aimé que la maison de Noël à Penne devienne un lieu permettant, après la mort de l’artiste, la continuation de son œuvre. Il se souvient que j’avais noté le côté impossible de cette aventure. Et ce fut impossible. Pour ma part, j’aurais été très heureux que ce rêve devienne réalité, que Noël donne tout à une fondation pour sauver non pas sa mémoire (il n’en avait aucun souci) mais le chemin à continuer encore et toujours avec lui. Mais quand on a la collection de peinture qu’il avait, ça supposait des préparations institutionnelles de longue date. Pour moi Noël Arnaud avait mille faces et pourtant un seul corps.

De ce détour par Penne où j’ai lu le plaisir de rencontrer des amis si anciens comme Pierre, Michel, Jacme, Philippe, je retiens que même sans une maison Noël Arnaud telle que nous la rêvions, il reste peut-être possible aux instances culturelles concernées de prendre des mesures pour réaliser, dans la maison qui fut la sienne, ce lieu de vie original capable de faire percevoir le côté unique du personnage au milieu de ses dizaines d’amis.

Il a été retenu que l’an prochain c’est le centième anniversaire de sa naissance et en effet l’occasion qui fait parfois le larron est trop belle pour ne pas tenter d’organiser une nouvelle rencontre pour continuer la causerie.

J-P Damaggio

PS Les photos de mauvaise qualité : 1 ) le monsieur qui a porté des documents, Claude, Dimitri, Ariane, 2) Claude, Dimitri, Claire, Pierre, 3) la salle, 4) la salle qui rit.

P.S. Je rends compte de la partie de la rencontre à laquelle j’ai participé.

P.S. Je suis allé voir sur le site internet de Penne mais sans trouver la rubrique Noël Arnaud qui pourtant semble exister. Encore les mystères d’internet…

(1) Voilà l’invitation : Conversation avec Noël Arnaud ...MIRABILIA MUSEUM est à proximité de la place de l'eglise à Penne , prendre la ruelle à droite en arrivant sur la place , contourner le Museum pour entrée par l'arrière...merci Ariane Le Lay pour MIRABILIA MUSEUM

PENNE MIRABILIA MUSEUM

Pierre Malrieu : tél. 07 86 61 24 44
"Que les choses étonnantes continuent de nous étonner ..."